Dévotion réparatrice aux cinq premiers samedis du mois

Les apparitions de la Très Sainte Vierge à Fatima en 1917 restent d'une brûlante actualité.

Nous retiendrons trois aspects très importants de ces messages. Ils sont de nature à nous maintenir dans une grande ferveur.

- Le rappel de l'existence de l'enfer où beaucoup d'âmes tombent.

- La promesse du salut d'un certain nombre d'âmes par la dévotion au Cœur Immaculé et en particulier par la dévotion réparatrice des cinq premiers samedis du mois.

- L'assurance du salut éternel pour ceux qui pratiqueront cette dévotion avec ferveur.

I) Beaucoup d'âmes tombent en enfer !

Les hommes ne voient pas ce qui se passe dans l'au-delà. Mais la Très Sainte Vierge vient pour nous ôter nos illusions et nous aider à nous ressaisir. Lors de sa quatrième apparition, Notre-Dame dit aux voyants :

«Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d'âmes vont en enfer...»

Sœur Lucie écrit à un jeune homme tenté de quitter le séminaire :

«Ne soyez pas surpris si je vous parle tant de l'enfer. C'est une vérité qu'il est nécessaire de rappeler beaucoup dans les temps présents, parce qu'on l'oublie : c'est en tourbillon que les âmes tombent en enfer...»

Après la vision de l'enfer, de juillet 1917, Lucie multiplia les prières et les pénitences en disant : «Il y a tant de monde qui tombe en enfer ! Tant de monde!»

Jacinthe confie un jour: «Je pense à la guerre qui va venir. Tant de gens vont mourir, et presque tous vont en enfer !»

Terminons par le dialogue entre sœur Lucie et le P. Lombardi, le 13 octobre 1953.

Ma sœur, croyez-vous vraiment que beaucoup vont en enfer ? J'espère que Dieu en sauve la plus grande partie !

Sœur Lucie de répondre :

Nombreux sont ceux qui se damnent !

Le Père insiste :

C'est certain que le monde est une sentine de vices [...] Mais il y a toujours un espoir de salut.

Non, Père, beaucoup se perdront !

Si la Très Sainte Vierge est apparue aux enfants de Fatima, c'est aussi et surtout pour nous donner le moyen que Dieu a choisi pour sauver bon nombre d'âmes et en particulier la nôtre. Ce moyen, c'est la dévotion au Cœur Immaculé.

Cette dévotion s'exprime par l'offrande de nos sacrifices en esprit de réparation.

«Ô Jésus, c'est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé

13 juillet 1917

La Très Sainte Vierge attache également de grandes grâces de miséricorde à une autre pratique.

II) La dévotion réparatrice des cinq premiers samedis du mois: moyen de salut personnel

Le 13 juin 1917, la Très Sainte Vierge confie aux enfants :

«Jésus veut établir dans le monde, la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ; ces âmes seront chéries de Dieu...»

Quelques années plus tard, Notre-Dame va préciser ce qu'elle attend de nous. Nous sommes le 10 décembre 1925, Lucie est à Pontevedra en Espagne pour faire son postulat de vie religieuse.

La Très Sainte Vierge lui apparaît et lui montre son Cœur douloureux :

«Vois, ma fille, mon Cœur entouré d'épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, cherche à me consoler et dis à tous ceux qui durant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant les quinze mystères du rosaire en esprit de réparation,

je promets de les assister à l'heure de la mort,

avec toutes les grâces nécessaires au salut de leur âme.»

Quelle promesse ! Quelle grâce !

Quelques mois plus tard, l'Enfant-Jésus apparaît à sœur Lucie et lui précise :

«Les âmes qui font les cinq premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur de ta Mère du ciel, me plaisent davantage que celles qui en font quinze, tièdes et indifférentes.»

Pour faire cette dévotion avec ferveur, il est bien utile de la faire devant le Cœur Immaculé entouré d'épines.

Pourquoi cinq premiers samedis ?

Le confesseur de sœur Lucie lui posa cette question. Le 29 mai 1930, Notre-Seigneur apparaît à la religieuse et lui dit :

«Ma fille, la raison en est simple. Il y a cinq espèces d'offenses et de blasphèmes qui s'adressent au Cœur Immaculé de Marie.

Les blasphèmes

- contre l'Immaculée Conception,

- contre sa virginité,

- contre sa maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes.

Les offenses

- de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l'indifférence, le mépris et jusqu'à la haine à l'égard de cette Mère Immaculée.

- de ceux qui l'outragent directement dans ses saintes images.

Notons que les trois blasphèmes à réparer vont à l'encontre des dogmes de foi.

III) La dévotion réparatrice des cinq premiers samedis du mois : moyen pour obtenir le salut d'un certain nombre d'âmes

Lors de la troisième apparition, le vendredi 13 juillet 1917, Notre-Dame après avoir montré l'enfer aux enfants leur avait dit :

«Vous avez vu l'enfer où vont les pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde, la dévotion à mon Cœur Immaculé ; si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes se sauveront... Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois.»

C'est donc à Pontevedra, en 1925, que la Très Sainte Vierge a précisé ce qu'elle voulait. Quatre ans plus tard, le 13 juin 1929, Notre-Dame insiste :

«Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation.»

Nôtre-Seigneur, le 29 mai 1930, parle dans le même sens. Après avoir révélé les cinq espèces de blasphèmes et d'offenses qu'il s'agit de réparer, Il ajoute :

«Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m'a inspiré de demander cette petite réparation, et en considération de celle-ci, d'émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont le malheur de l'offenser.»

Beaucoup de Portugais pratiquent donc les cinq premiers samedis du mois en faveur de proches éloignés de la voie du salut. Et des conversions se réalisent. Faisons de même !

IV) Cinq conditions pour bien faire les cinq premiers samedis du mois

- Intention réparatrice

C'est vraiment l'âme de cette dévotion. Les quatre actes qui suivent doivent être faits avec l'intention de réparer et de consoler Notre-Dame. Sœur Lucie le rappelle dans une lettre du 31 mars 1929 :

«Il s'agit d'implorer le pardon et la miséricorde en faveur des âmes qui blasphèment contre Notre-Dame, parce qu'à ces âmes-là, la divine miséricorde ne pardonne pas sans réparation.»

- La confession dans les huit jours

«Il faut bien formuler l'intention de faire réparation au Cœur Immaculé. Ceux qui ont oublié pourront la formuler à la confession suivante, profitant de la première occasion qu'ils auront pour se confesser.»

Nôtre-Seigneur à sœur Lucie, le 15 février 1926

- La communion le premier samedi

C'est l'acte essentiel de la dévotion réparatrice, car c'est s'unir à la réparation que le Sacré-Cœur offre à son Père sur nos autels.

Il est très conseillé de réciter avant et après la communion, la prière de l'ange : «Très Sainte Trinité...»

Si l'on est dans l'impossibilité d'assister à la Messe le premier samedi, l'ensemble de la dévotion peut être reporté au dimanche qui suit, à condition d'en demander la permission à un prêtre (cf N.-S. à sœur Lucie, 29 mai 1930).

- Le chapelet

À chacune des six apparitions de 1917, Notre-Dame a demandé que l'on récite le chapelet tous les jours. Puisqu'il s'agit de réparer les offenses faites au Cœur Immaculé de Marie, quelle autre prière vocale pourrait lui être plus agréable !

- Tenir compagnie à Notre-Dame pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation.

La méditation peut porter simplement sur quelques mystères ou sur une vertu de tous les mystères.

«Qui ne peut passer quinze minutes dans ces saintes pensées, auprès de la plus tendre des mères !» Sœur Lucie 1927

N.B. Il est très conseillé de faire faire cette dévotion à chacun de ses enfants.

A lire aussi...

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81