Saint Rémi appartenait à l’une des plus grandes familles de notre pays. Fils d’Émile, Comte de Laon l’un des plus éminents seigneurs de son temps — et de Célinie. Famille de saints dont le culte a été approuvé par l’Eglise sa mère ; Célinie est honorée le 21 octobre ; son frère aîné, devenu Évêque de Soissons, Principe, et le fils de son frère cadet, Loup — qui lui succéda sur le Siège de Reims — sont tous deux montés sur les autels.

La naissance de Saint Rémi fut miraculeuse. Elle nous est relatée par Saint Fortunat et par deux successeurs de notre Saint Hincmar et Flodoard, ce dernier que Guizot appelle : «l’Historien du Xe siècle le mieux informé et le plus soigné» ; le principal ornement de son temps nous dit le grand Historien Dom Mabillon :

«Au milieu du Ve siècle vivait, près de Laon, un saint ermite aveugle nommé Montan, qui demandait à Dieu par ses larmes, ses prières et ses pénitences, de pacifier les Églises des Gaules ravagées par l’Arianisme.

«Or, une nuit, le saint moine entendit une voix qui lui dit :

«Dieu a daigné regarder la terre du haut du Ciel, afin que TOUTES LES NATIONS DU MONDE PUBLIENT LES MERVEILLES DE SA TOUTE-PUISSANCE ET QUE LES ROIS TIENNENT A HONNEUR DE SERVIR. Célinie sera mère d’un fils qu’on nommera REMI, AUQUEL JE RÉSERVE LA GLOIRE DE SAUVER MON PEUPLE. Va l’annoncer à l’Élue de Dieu».

Cet ordre lui fut intimé trois fois. Saint Montant obéit.

«Célinie était l’épouse du Comte de Laon. Déjà avancée en âge, comme Sara épouse d’Abraham et Elisabeth, épouse de Zacharie, elle douta de la parole du moine, comme Sara et Zacharie de la parole de l’Ange. Mais la réponse du moine fut identique à celle de l’ange» :

«Il avait dit à Sara : «Y a-t-il rien d’impossible à Dieu ?» et à Zacharie : «Vous serez muet jusqu’à la naissance de ce fils que je vous annonce».

«Le moine dit à Célinie : «Non seulement vous aurez un fils, mais vous le nourrirez de votre lait, et lui-même me rendra la vue avec quelques gouttes de ce lait sur mes yeux».

Cela se réalisa à la lettre.

L’historien GODESCAR ajoute: «Sa naissance tint du prodige et SA VIE FUT UN MIRACLE CONTINUEL DE LA GRÂCE».

Le Père GIRY écrit :

«Rémi fut envoyé de bonne heure aux écoles. ; il fit un si grand progrès dans les lettres divines et humaines et dans la pratique des vertus chrétiennes, qu’à l’âge de vingt deux ans il fut forcé, malgré toutes ses résistances, d’accepter l’évêché de Reims».

«A ce moment, nous dit Moreri, il vivait enfermé dans une petite maison auprès du château de Laon, où il menait une vie si sainte, qu’après la mort de Bennadius, Évêque de Reims, le clergé et le peuple de cette ville le vinrent enlever, pour le mettre en sa place quoiqu’il n’eut que vingt deux ans. Il représenta que sa jeunesse et son peu d’expérience l’en rendaient tout à fait incapable, et que c’était violer les canons ecclésiastiques que de vouloir l’élever sur le siège épiscopal».

Mais Dieu manifesta avec éclat que ce choix était bien le Sien «Un rayon de lumière parut sur son front et une onction céleste embauma et consacra sa tête» rapporte le Père Giry, dans sa «Vie des Saints»... 

Saint Remi thaumaturge et Apôtre des Francs

4.50 € – 38 pages

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2014 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81