Mesdames, Messieurs,

Avant de commencer ma conférence, vous me permettrez d’exprimer ma reconnaissance à Monsieur Robert Médecin, Sous-Prieur des Pénitents Rouges, car c’est lui qui a choisi le sujet que je vais traiter ce soir. Or, depuis longtemps, je souhaitais une telle demande qui me permettrait d’approfondir la vie de ce Pape auquel je dois beaucoup et pour lequel, depuis ma jeunesse, j’ai toujours eu une très douce et très grande vénération et reconnaissance. A titre personnel : j’ai été un des petits communiants de Pie X ; au point de vue catholique et français aussi et d’abord, parce qu’il a sauvé l’Église et notre France. Ajouterai-je que, quand je suis à Rome, je n’ai jamais manqué un seul jour d’aller me recueillir sur son tombeau. C’est vous dire avec quelle émotion et quelle joie toute surnaturelle le petit communiant de Pie X a assisté à la Canonisation du Saint Pontife où il était de service auprès d’un autre Saint : Pie XII, qui, lui aussi, aimait notre France et a été la dernière barrière permise par Dieu pour arrêter le déferlement du mal et de l’erreur.

Guiseppe-Melchiore Sarto naquit à Riese le 2 juin 1835.

Sa famille était très honorablement connue dès le XVIIème siècle. Les parents du futur saint n’étaient pas dans la misère, mais dans la pauvreté. Son père était facteur municipal et mourut en 1852. Sa mère, de vingt ans plus jeune que son époux, était d’une grande beauté au moral comme au physique et marqua son fils de son empreinte spirituelle.

Il suit tout d’abord les cours de l’école presbytérale et accompagne souvent son maître, le vicaire de la paroisse, dans ses visites aux paroissiens de la campagne. Ce dernier découvre rapidement en son élève un sujet si remarquablement doué qu’il l’envoie au collège de Castelfranco-Veneto où il restera quatre ans et où il prendra rapidement la tête de sa classe. Aussi obtiendra-t-il une bourse pour le Collège-Séminaire de Padoue. Dès ce moment, en effet, il se sent appelé par Dieu et veut se consacrer totalement à Lui. Dans les archives du Collège on peut relever les appréciations suivantes le concernant : «éminent et particulièrement doué pour la pensée» — «se distingue par ses aptitudes naturelles pour les sciences, résolvant avec une facilité inouïe les problèmes de l’algèbre et de la géométrie» — «L’élégance et la clarté de sa pensée, l’étendue et la précision de ses connaissances sont remarquables». Il poursuit ensuite ses études au Séminaire de Trévise et est ordonné le 18 septembre 1858.

Successivement vicaire à Tombolo en 1859, puis curé de Salzano en 1867, il est chanoine de la cathédrale de Trévise en 1875, directeur spirituel du séminaire, puis chancelier de l’évêché et vicaire capitulaire, Dieu le préparant ainsi par ces multiples fonctions sacerdotales et administratives aux plus hautes fonctions.

Saint Pie X sauveur de l'Église et de la France

5 € – 54 pages – Édition 1976

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81