Miséricorde

Sommaire

- La distraction dans la prière

- J’aime le merci de vos coeurs

- Confiance en la divine miséricorde

- Le souffle de la miséricorde emporte les imperfections

- Les prêtres ne prêchent pas la miséricorde

- Sur la communion

- Justice de Dieu et miséricorde

La distraction dans la prière

Le 21 octobre 1924

Avant tout la bonne volonté

Marie-Julie : " Ô ! bonne Mère, que vous " faisez ben " de nous instruire. Si souvent c'est dit : " Notre Père ", des lèvres mais pas du fond du coeur et " vanqué ben " sans respect aussi. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, le Divin Père ne s'arrête pas toujours à la distraction et au peu de réflexion. Il connaît la pauvre humanité. La bonne volonté Lui suffit pour donner beaucoup de grâces et obtenir son amitié divine, sa sainte amitié. "

Haut de page

J'aime le merci de vos coeurs

Le 25 juin 1924

Le Divin Coeur : " Mes petites âmes aimantes, mon divin Coeur a soupiré longtemps après la venue de vos belles âmes, temples que J'aime, temples où J'habite. O ! mon Ciel de paix, Ô ! mon Ciel où Je m'épanche. Dans mon épanchement mes petites épouses, vous guérissez ma blessure. Ma blessure est profonde. C'est la lance qui Me blesse, lance d'être méconnu, si peu aimé, point adoré, et surtout point recherché. J'aime tant, mes petites épouses, ce merci de vos coeurs. Il monte jusqu'à mon Père Éternel et dans la joie II Me dit : " Mon divin Fils, attachez de grandes récompenses à ce merci de mes enfants et de vos bien aimés. "

" C'est si doux à mon Coeur adorable, c'est si doux ce merci d'un coeur reconnaissant pour tant d'amour et tant de bienfaits. "

" C'est une joie immense à mon Coeur adorable ce merci de votre Coeur. C'est un diamant que Je remplis d'amour. Ce merci de votre Coeur que J'aime Ah ! qu'il M'est précieux ; c'est une douceur à mon divin Coeur qui reçoit tant d'amertume et au Ciel Je vous le rendrai en récompenses. Je l'aime ce merci, Je le bois comme un rafraîchissement. Il réchauffe mon divin Coeur qui est si oublié de tant d'âmes. J'aime tant ce merci qui fait battre mon Coeur. Il me console, et au Ciel ce sera une joie immense pour toute l'éternité. "

Haut de page

Confiance en la Divine Miséricorde

Le 23 juillet 1925

Jésus : " II est si facile de me plaire : la bonne volonté me suffit, votre confiance dans ma Miséricorde efface tout, pardonne tout, il ne reste plus que l'amour comme une belle flamme blanche qui monte et descend, c'est le Bien-Aimé visitant sa bien-aimée, c'est sa bien-aimée visitant son Bien-Aimé. Voilà pour Moi mon ciel sur la Terre : vos belles âmes qui réparent et Me dédommagent en Me recevant et en Me visitant. Mes petites épouses, savez-vous quel Nom J'aime tant ? auquel Je souris et mon Père Éternel en est ravi : Père de Miséricorde, c'est ma joie. Vous me ravissez. C'est mon Nom que J'aime car Je ne suis que Miséricorde. C'est une joie pour tout le Ciel. Demandez-moi sous ce beau Nom : " Père de Miséricorde, donnez-moi, accordez-moi. " Vous sentirez dans vos âmes une grâce bien douce et pénétrante et J'y joindrai une douce consolation. "

Marie-Julie : " Chère petite soeur, il n'y a pas longtemps que ce grand désir est exprimé par notre cher Époux et en sa présence je ne l'ai pas une seule fois invoqué que je n'en aie senti un bienfait, un attendrissement, une force, une douce patience. Je l'ai goûté, je l'ai trouvé... et c'est une si grande consolation pour notre cher Jésus, si oublié et si délaissé dans son Saint Tabernacle. "

Le Bien-Aimé : " Je m'épanche comme une mer abondante, comme une mer de tendresse en vos belles âmes. C'est pour Moi un pain délicieux pour mon divin Amour qui a toujours faim d'aimer. O ! que J'aime venir vous parler de mon Amour, surtout de celui dont Je vous aime et de celui dont vous M'aimez. Vous M'aimez dans mon Amour. Le mien est le vôtre et le vôtre est le mien. Je m'arrête, Je vais vous bénir avec tout ce que J'ai de grâces. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, je vais vous bénir avec toutes les gouttes de Moi-même. Je me fais rosée de grâces et toutes ces gouttes sont une bénédiction que je répands sur vous et sur vos âmes, sur tous vos bien-aimés et vos familles, une bénédiction qui donnera une mort sainte et douce, une bénédiction qui touchera le coeur du pécheur avant d'entrer dans l'éternité, une bénédiction qui donnera la force dans la souffrance et la douceur dans les épreuves, une bénédiction dont les fruits retomberont sur tant de milliers d'âmes abandonnées dans le Purgatoire, gémissantes mais soumises dans le désir de me voir face à face, une bénédiction de protection toute spéciale qui sera la grâce avant-courrière des grandes bénédictions à l'heure de ma justice, terrible et pleine de rigueur pour les coupables, une bénédiction de force et de courage dans la souffrance. "

Haut de page

Le souffle de la Miséricorde emporte les imperfections

Le 24 septembre 1925

Le Divin Coeur : " Mes petites âmes, Je vous laisse beaucoup de misères, pour vous faire mériter ; si Je vous les enlève toutes qu'est-ce que Je vous donnerai au Ciel puisque les imperfections c'est le travail de la divine Miséricorde ! O quel beau travail cette Miséricorde. "

" Je forme le diadème de vos immortelles couronnes et le déchet de vos imperfections, le souffle de la Miséricorde les emporte. Il n'en reste plus la petite parcelle, plus rien que la Miséricorde unie à l'amour et l'amour à la Miséricorde. "

" Je suis venu vous dire combien Je vous aime et vous comble de ma paix la plus tendre en vous assurant de la beauté de vos âmes. "

Marie-Julie : " Assez Divin Coeur d'amour. Votre amour est une grande souffrance car on ne peut, jusqu'à la profondeur dont il nous crucifie en désir d'aimer. "

Le Divin Coeur : " Mes petites âmes contentez-vous du désir de M'aimer. Je me contente de votre amour, de vos bonnes volontés. Je me contente du désir de M'aimer et tout le Ciel en a sa part de jubilation, et tout le Ciel chante des hymnes d'amour en vous attendant. "

Haut de page

Les prêtres ne prêchent pas la Miséricorde

Le 28 mars 1931

Notre Seigneur a dit à Marie-Julie : " Oh ! ma fille Je suis un Dieu de confiance et d'amour. Je suis un Père de Miséricorde et de saint abandon. J'ai beaucoup de prêtres, jamais ils ne prêchent ni mon Amour, ni ma Bonté, ni ma Confiance, ni ma Miséricorde. Prêche la confiance par ma Volonté. Fais connaître ma Bonté, Je ne suis pas aimé parce qu'on ne prêche pas tout ce qu'il y a de beau dans le Ciel qui Me ferait aimer.

Prie pour les prêtres afin que l'Esprit-Saint leur souffle ce qu'il faut pour Me faire aimer. "

 Haut de page

Sur la Communion

- " Ô ! chère âme n'oubliez pas que dans la Sainte Communion c'est la Miséricorde et l'Amour qui se donnent à la misère. "

- " Chère âme que J'aime, rappelez-vous qu'il n'y a qu'un Dieu Saint qui est digne de recevoir un Dieu. "

C'est la Sainte Vierge qui nous a appris à faire la Sainte Communion avec son très pur Coeur : " Mes petits enfants, quelques moments avant la sainte communion laissez-moi prendre vos coeurs de chair avec tout ce qu'il y a dedans et je purifierai de vos lèvres jusqu'à votre coeur qui ne sera plus. Le parfum sera le lys de ma pureté, mélange du parfum de la sainte humilité et de la belle charité, belle charité qui a si souvent sa belle robe blanche déchirée. Mes petits enfants, invitez-moi, invitez Saint Joseph qui y mettra l'odeur sainte de sa sainte mort et après laissez-moi purifier sous le regard de tout le Ciel la place de votre coeur, j'y mettrai le mien avec toute sa sainteté, avec toute sa beauté. Il sera l'Autel Eucharistique où Jésus reposera, ce sera son Ciel dans mon Coeur où les anges viendront l'adorer et je couronnerai ce trône de lys, de violettes et de rosés, je serai la gardienne de ce divin Trésor. Les anges y monteront la garde et rien ne ternira la beauté de son tabernacle. C'est mon Coeur Immaculé. "

" Et après, mes petits enfants, dites au Bien-aimé que vous n'avez plus de coeur à vous-même, dites-lui de le moudre sous les meules de la divine Miséricorde et dites-lui que la divine Miséricorde emporte ces cendres jusqu'à l'extrémité du monde avec ces paroles : Amour, Pitié, Miséricorde, Reconnaissance et Paix à la Terre et action de grâce au Coeur adorable qui fait de nos misères des merveilles de Miséricorde et de douce charité pour les âmes coupables. "

Le Divin Coeur : " Chère âme que J'aime n'oubliez pas chaque matin et chaque soir de Me dire : «Ô ! mon Bien-Aimé sera-ce ce matin que j'irai avec Vous déjeuner de votre divine Présence et vivre d'Amour ? "

Il répond : " Non, pas ce matin. "

" Sera-ce ce soir mon Jésus que Vous m'endormirez sur votre divin Coeur ? "

" Chère âme, vous ne connaissez pas l'heure. Ce sera le matin ou le soir de vos jours que J'endormirai votre corps dans mon Amour pour couronner vos belles âmes dans mon Ciel, pour M'adorer d'un amour éternel. Chères petites âmes, voilà de quoi vous consoler. Vous ne M'aimerez jamais autant que Je vous aime. "

Le Divin Coeur : " Venez, mes petites âmes, chaque soir au pied de mon Saint Autel personnellement (si on le peut, dit Marie-Julie), sinon venez en esprit à genoux Me dire bonsoir et Me remercier des grâces, des amours, des épreuves de la journée et en retour Je dirai : " Âme bien-aimée, venez vous reposer sur mon divin Coeur palpitant d'amour et de reconnaissance. "

Marie-Julie : " Le bon Jésus oublie tout ce qui a été mal supporté pour ne compter que ce qui a été bien supporté, quand ce ne serait qu'une minute de bon support. C'est sa parole. "

Le Divin Coeur : " Chère âme, J'ai tant de grâces et tant d'amour qui pèsent à mon divin Coeur. Ô ! demandez-moi ces grâces que J'avais réservées à beaucoup d'âmes qui ne sont pas venues Me les demander. Prenez-les Chères âmes, pour soulager mon divin Coeur. "

La Très Sainte Vierge : " Ô ! mes petits enfants, vous me demandez une mort sainte et douce sur l'oreiller d'amour de mon Coeur maternel. Je recevrai mes petits enfants, votre dernier soupir et quand votre chère âme sortira de sa prison mortelle je la recueillerai dans mes mains blanches et je la porterai au bien-aimé Jésus qui ne sera point un juge mais un tendre époux plein d'Amour et de Miséricorde. "

Jésus répond : " Ô ! mes petites âmes, Je ne suis juge que pour l'âme qui refuse ma divine Miséricorde. "

La Très Sainte Vierge : " Ô ! mes petits enfants l'union de prière quand vous récitez mes saluts " pleine de grâces ", c'est une belle étoile toute blanche que vous offrez à mon Coeur très pur. Mes petits enfants, chaque Ave, chaque salut, c'est un lys en bouton qui vient s'éclore sur mon Coeur pur. Chaque salut, c'est une humble violette au parfum délicieux d'humilité que vous offrez à mon Coeur pur ; chaque salut, c'est une rosé odoriférante que vous offrez à mon Coeur ; à chaque Ave c'est un baiser que je cueille sur vos lèvres pour le mettre dans mon Coeur ; à votre heure dernière, mes petits enfants, je vous le rendrai en le mettant sur vos lèvres et sur vos fronts mortels, faites-moi aimer, mes petits enfants, partout où vous pourrez et mon divin Fils vous rendra cette tendresse par un bouton d'or et d'amour qui sera l'étoile de votre couronne. "

Marie-Julie : " C'est comme un holocauste. Notre-Seigneur prend les coeurs de ses fidèles enfants comme une réparation implorant la Miséricorde. "

Jésus : "Vois tous les excès de ma tendresse pour les âmes, mon Amour n'a pas de limite ni en profondeur, ni en hauteur, ni en largeur. "

Jésus à ses chères âmes : " Je vous donne sur la Terre le pain de ma sainte Volonté, mes petites âmes Je l'ai mangé sur la croix dans toute son amertume le pain de la Volonté de mon Père et pour vous, âmes que J'aime, Je l'ai béni avec un tendre amour, J'en ai enlevé toute l'amertume que J'ai Moi-même goûtée pour vous, et au Ciel, en échange, Je vous donnerai un pain d'amour pour toute l'éternité. "

" Chères âmes, mangez-le avec Moi et au Ciel vous aurez toutes les merveilles d'amour et la table de tous mes prodiges où nous mangerons ensemble ce pain délicieux qui ne consumera jamais vos chères âmes. Ce sera toujours un amour nouveau et un festin servi éternellement par la présence de votre divin Époux. "

 Haut de page

Justice de Dieu et Miséricorde

Le 17 août 1920

Nous avons regroupé les sept extases suivantes sous un même titre. Il serait arbitraire en effet de titrer chacune différemment - sauf à n'en retenir que les détails qui les séparent - car l'enseignement qu'elles nous donnent est bien le même. Il aurait pu naître pour le lecteur d'une telle compilation une impression de redite, cependant, pour qui sait goûter ces révélations, il n'en est rien. Nous écoutons ces paroles comme les variations d'un même thème, repris et enrichi tout au long d'une unique symphonie. Notre-Seigneur et la Très Sainte Vierge nous dévoilent, par petites touches successives, l'économie de l'action providentielle sur le monde.

N.B. — Quelques mots manquent dans les textes originaux, ils ont été remplacés par des points (......).

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, je viens toute blanche de pureté, toute radieuse de beauté, toute resplendissante de vertus. Je viens vous apporter les douces joies du Ciel. Mes petits enfants, dans ce Saint Octave il n'y a plus de tristesse sur la Terre pour mes petits enfants qui m'aiment. Tous les jours c'est pour mes petits enfants qui m'aiment une joie et tous les jours c'est pour Moi, au Ciel, une joie immense de recevoir leurs prières, leurs saluts pleins de grâces, leurs soupirs pleins de bénédictions et aussi leurs joies et leurs peines. Mes petits enfants si vous voyiez le nombre sans mesure de grâces que je vous donne à toute minute, à toute seconde. Oh ! mes bien-aimés petits enfants, votre âme briserait les faibles liens qui retiennent vos belles âmes à vos corps. C'est pour cette grande grâce que mon divin Fils m'a dit cette parole :

" Ma Mère, je vous laisserais bien faire éclater tous vos prodiges sur la Terre pour mes bien-aimées et chères épouses, pour vos bien-aimés et chers enfants. Ma Mère, dit Jésus, qui pourra et qui pourrait supporter l'éclat de tant de merveilles, l'éclat de tant de gloire, l'éclat de tant de joie, l'éclat de tant de douceur. Ô ! ma Sainte Mère, vous me raviriez toutes mes âmes de la Terre pour le Ciel et qui me soutiendrait le poids de ma Justice, qui expierait tant de crimes, tant de forfaits dans un siècle de perversion, de perdition, de crimes, de blasphèmes, d'impureté et de toutes sortes de calomnies infâmes. "

" Mes petits enfants, c'est pour cela que j'ai modéré mes grâces si sensibles, mes merveilleux prodiges, mes éclatantes tendresses, mes puissances sans bornes mes petits enfants, mais aujourd'hui j'ai quitté le voile noir de deuil depuis l'aurore du 15, tout l'octave je vous bénirai toute blanche, toute pure et souriante, mais après ce Saint Octave je reprendrai ce voile de deuil... Mes petits enfants pour les grands jours de malheurs effroyables ne vous découragez pas, ils ne sont pas encore venus. Je vous entourerai de toutes mes protections, je vous couvrirai de mon blanc manteau qui écarte la Justice, qui renvoie les terribles châtiments réservés à un peuple qui va d'ingratitude en ingratitude. Mes petits enfants, je vous entourerai de toutes mes protections, je vous couvrirai de mon blanc manteau qui écarte la Justice, qui renvoie les terribles châtiments réservés à un peuple qui va d'ingratitude en ingratitude. Mes petits enfants, je vous ferai parvenir mes volontés. Restez calmes et confiants dans Celle qui vous aime tendrement et qui vient uniquement pour vous bénir et vous réjouir. Mes petits enfants, s'il était en mon pouvoir de vous enlever toute peine, toute souffrance, ah ! que mon coeur serait joyeux et consolé. Mes petits enfants, mon divin Fils me dit :

- " Ô ! ma Bonne Mère, vous voulez donc enlever les beaux mérites à mes petites âmes épouses, ce sont elles qui Me consolent, ce sont des paratonnerres pour la Terre où ma Justice ne passera point parce que Je comblerai de bonheur les petits amis fidèles quand Je criblerai le monde ; le pécheur impénitent, l'âme pervertie, l'âme coupable Je la réduirai en poussière et son corps deviendra une puanteur sur la Terre. Mes petites âmes épouses, J'enverrai après le grand déluge, une rosée féconde et puissante qui purifiera la Terre, qui la désinfectera de la poussière des corps corrompus et impurs. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, je m'effraye de cette affreuse catastrophe. Avec quelle admirable patience, mon divin Fils attend toujours le retour des âmes ! Que de sang pur et que de sang coupable ! Tous ces coups n'ont pas touché les coeurs endurcis, n'ont point ramené le belle foi du passé, tous ces coups n'ont point rapproché les âmes de sa grâce ni de son Amour. Mes petits enfants, la Terre est bien coupable, elle paiera sa dette bien large et bien profonde. Mes petits enfants, toute la Terre ne sera pas détruite. Nous protégerons nos enfants, nous les garderons pour repeupler la Terre, pour relever la foi, pour prêcher la sublime doctrine de la charité, de l'union, de la fraternité. "

" Mes petits enfants, je vous assure que parmi les grands coups de la Justice il y aura pour vous, mes petits enfants, de grands prodiges (3 fois) de grâces, de protections et de merveilles toutes divines. Mes petits enfants bien-aimés je veux vous tranquilliser, je veux vous rassurer. Tenez toujours prêts vos objets de protection, vos cierges bénits, vos médailles et objets où coulent toutes les bénédictions du Ciel, bénédictions de protection, bénédictions de faveurs toutes célestes, bénédictions qui éloignent les cris de Satan parcourant les airs et la Terre, bénédiction qui calmera la tempête déchaînée de voix lucifériennes. "

Marie-Julie : " Je ne connais pas ce mot là, j'ai toujours crainte de me tromper et de tromper. "

La Très Sainte Vierge : " Non, sois sans crainte. Mes petits enfants présents comprennent bien mon langage de Mère de protection et de salut. Mes petits enfants, il n'y aura pas, dans cette tempête, de cris que de l'enfer, il y aura toutes les âmes perdues de la Terre, toutes ces âmes qui se donnent à Satan en offensant mon divin Fils, toutes ces âmes qui ne vivent que de sacrilèges et de sortilèges. Je suis la Mère de la lumière. Mes petits enfants, me comprennent bien clairement. Mes enfants bien-aimés je vous donne tous les avertissements les plus nécessaires dans le Saint Octave de mon Immaculée Ascension, mes petits enfants, l'âme qui doit renouveler toute la Terre par mon pauvre royaume. " (3 fois)

Marie-Julie : " Chères petites soeurs, ce sont de grands soupirs dans le coeur de la Sainte Vierge quand Elle dit trois fois : " Mon pauvre Royaume. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, ce grand serviteur et Roi sortira du divin Coeur. Il aura la foi de Saint Louis, ses emblèmes de Roi seront des Lys, pas comme aujourd'hui. Mes petits enfants, ce sont des armées de mort, des armées sanglantes, des armées qui ne connaissent que le maniement... de la persécution contre la Sainte Religion... "

" Mes petits enfants, je vous donnerai avec mon divin Fils et toute la Cour du Ciel une bénédiction pour toutes vos intentions, une bénédiction de mort sainte et douce, une bénédiction de protection dans les dangers, une bénédiction d'être préservés de mort subite et imprévue, une bénédiction de paix et d'union, en un mot, mes petits enfants, une bénédiction à tous vos désirs, à tout objet présent sous mes yeux. Mes petits enfants, je vous ai donné mes lumières et maintenant je remonte vers le Ciel, le Ciel où jouissent vos bien-aimés pour toujours souriants et joyeux. Ils sont tous à mes pieds, richement couronnés. "

Ils disent : " Ô ! bonne Mère, consolez ceux que nous avons laissés. "

Le 7 avril 1921

" Mes petites âmes, pensez à Moi. Penser à Moi, c'est une communion, c'est un pain délicieux. Penser à moi, c'est se nourrir de ma substance et de tout ce que Je porte dans ma divine Puissance. Penser à Moi c'est l'avant goût d'un beau Ciel, c'est un trésor qui n'est pas compris sur la Terre. La gloire toute divine, c'est le grand jour où ma divine Croix toute brillante des splendeurs répandra ses grands rayons comme autant d'appels, de langues, et de voix pour se rassembler sous ses branches divines chargées de fleurs et de fruits. À ce moment la Terre sera féconde en fruits et en fleurs. La vigne aura poussé, ses fleurs apparaîtront, les grandes herbes des prairies seront fauchées et la nature si belle sera doublée de gloire, de gloire par ma puissance divine. "

" Je menace la Terre, Je montre mes rigueurs. Quelques âmes s'arrêtent à considérer ce que J'endure mais la plupart vivent follement dans le péché, dans l'indifférence, dans l'ingratitude. Par instant, Je laisse voir ma Justice pour toucher les âmes. Très peu, très peu méditent cette Justice qui menace la Terre. Par les saintes prières, Je relève encore un peu mon bras bien appesanti vers la Terre, mais de grands maux sont réservés qui, d'un moment à l'autre peuvent presser ma Justice. Si Je ne frappe pas rudement, largement et terriblement, jamais les âmes ne reviendront à la grâce. C'est effroyable, tant d'âmes dans le péché. C'est effroyable la foi morte dans les âmes. C'est effroyable le vice, l'iniquité, la haine dont vivent tant d'âmes sur la Terre. Que Je suis oublié, offensé. Jamais le monde passé n'a été plus perverti et méchant contre la charité. Je me plains parce que Je suis compris. Je me plains parce que Je trouve des âmes compatissantes. Tout ce petit noyau que Je forme et que J'attire dans mon Coeur. "

" Mes petites âmes, venez à Moi qui suis réjoui de vous visiter. Ne craignez point. Je suis la Résurrection et la vie. Demandez-Moi, vous Me ferez plaisir. Demandez-Moi beaucoup de grâces, vous Me ferez plaisir. Je suis un tendre ami qui ne demande qu'à donner. Quelle joie pour Moi de Me donner à vous. C'est une joie pour tout le Ciel. Les Anges et les Saints chantent au Ciel ce doux trésor de la Sainte Eucharistie. Ah ! c'est un concert dans tout le Ciel, cette voix :

" Allons assister à la divine Réception des petites âmes. Allons toute la Cour du Ciel, le divin Roi se donne à ses épouses bien-aimées. Ô merveille des merveilles ! Nous la comprenons au Ciel, nous voyons toutes les splendeurs et la gloire de cette joie immense. Jésus se donne à ses bien-aimés. À genoux, à genoux, redisent les grands Archanges, les apôtres et les martyrs, à genoux toute la Cour du Ciel, le grand Mystère de prodiges descend dans les âmes qui viendront un jour pour former la Cour du Roi. Voilà les joies de la patrie des Saints en attendant que vous veniez augmenter le nombre de ces âmes saintes. "

Le 11 novembre 1924

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants bien-aimés, j'ai laissé bien des fois cette parole en remontant au Ciel : " L'avant-coureur des grands signes de malheur et de protection pour nos petits enfants justes, ce sera le dard aiguisé de la haine et de la vengeance contre la Sainte Église, la Sainte Religion. Voilà mes petits enfants, le premier signe qui vous en annoncera bien d'autres, qui seront terribles parce que les âmes savent ce qu'elles font. Elles veulent détruire le Nom de mon divin Fils, anéantir sa puissance, enlever à nos chères âmes ce Nom sacré et l'effacer de l'âme des petits enfants. "

" Mes chers et bien-aimés enfants, je vous assure mes grâces. Je suis votre Mère et vous êtes mes enfants. "

La Très Sainte Vierge : "Mes petits enfants, le Ciel ne peut faire que le bien. Le Ciel c'est si grand, le Ciel c'est votre demeure, le Ciel c'est votre repos, c'est là où vous vivrez éternellement dans la paix et l'amour. Tout sera passé. La Terre aura été visitée, bouleversée, creusée, ses montagnes fondues et transportées sous la puissance de la Justice. Elles seront le tombeau de beaucoup, ensevelis sous les coups de la Justice divine. C'est effroyable, voilà ce qu'a fait le péché, l'oubli du Créateur, les lois impies et maintenant plus que jamais. "

" Mes petits enfants, ma dernière parole avant mes grâces : II y a un peu partout des complots tramés par les mauvaises âmes qui n'ont plus la foi, qui se concertent pour des choses affreuses. Le crime est leur plaisir à tous ces infâmes sujets ; d'un bout de la Terre à l'autre ils se réjouissent, ils attendent l'heure décisive du grand chef pour marcher en bandes avec le raffinement de leur conscience sans justice, sans pitié, leur soif d'or et de chair humaine. "

" Voilà mes petits enfants, ma dernière parole mais que rien ne vous effraie. C'est un avertissement de mon Coeur de Mère. "

" Comme j'ai fait sur la Sainte Montagne, faites passer à mon peuple fidèle (3 fois) à mes âmes de prédilection que j'abrite sous le voile de ma miséricorde et de ma paix (2 fois). Mes petits enfants, cette parole a passé : " Si on ne se convertit pas, Je frapperai, si on rejette ma parole, c'est aggraver la divine Justice. " On l'a rejetée, on l'a méprisée et plus encore. Eh bien ! Je redis comme sur la Sainte Montagne : " Mes petits enfants, faites passer à mes belles âmes, à mes âmes aimantes, faites passer à vos amis qui sont les miens. "

Le Divin Coeur : " Je vous les ai donnés, Je vous les ai choisis pour vous soutenir, pour vous fortifier dans le même amour, car vous m'aimez toutes, âmes bien-aimées, de cette union de charité compatissante, dévouée et généreuse. "

Marie-Julie : " Merci, Divin Coeur adorable, bonne Mère du Ciel vous vous relevez des pieds du Sauveur. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, c'est pour les infâmes pécheurs que je colle mes lèvres sur les pieds du Sauveur vivant et glorieux pour lui demander pardon. "

Il me répond : " Pas de pardon sans justice. Il y a assez longtemps que J'attends, que Je patiente, que Je me fais bon pour mes insulteurs, pour les grands coupables... "

Le 13 novembre 1924

Le Divin Coeur : " Quand l'heure de purifier la Terre sera proche, quand les esprits se révolteront les uns contre les autres, quand il n'y aura plus ni paix ni justice dans mes chrétiens, pas dans le monde mais dans mes chrétiens, l'heure de ma Justice sera proche. Je purifierai la Terre de toutes ces âmes impures et injustes qui M'insultent et M'outragent. Je foudroierai leurs corps par un trait de ma Justice si précipitée, si rapide, que ce sera plus vite que l'éclair qui...... alors mon courroux et ma Justice. "

Le Divin Coeur : " Ô mes petites épouses, depuis un moment J'éprouve tous mes meilleurs amis. J'ai tant besoin de montagnes de souffrances pour réparer tant de crimes qui m'offensent, mais J'en trouve moins encore que d'âmes à sauver, perdues en ce moment pour Moi. Vous me rachetez beaucoup d'âmes par vos souffrances, mais le plus grand nombre périra, les corps seront foudroyés et réduits en poussière à l'instant car tous ces misérables sont remplis de satan, c'est pour cela que Je les réduirai en poussière. "

" Vous garderez mes paroles, vous vous en souviendrez et vous les verrez s'accomplir. Jamais aucune justice n'aura passé comme celle qui est proche, bien proche. Jamais le monde n'a été aussi corrompu, fourbe, trompeur, avare, ambitieux et méchant. "

Marie-Julie : " Ô ! Divin Coeur, vous pouvez les arrêter. "

Le Divin Coeur : " Mes petites épouses, oui, Je les arrêterai rapidement. Ma juste Colère est presque arrivée au but, effroyable pour Moi, de perdre tant d'âmes. Mais Je veux relever la Terre flétrie sous toutes sortes de crimes, d'impuretés, de violations, de haines contre mes lois saintes, contre tout ce qui Me touche au sensible. "

Marie-Julie : " Divin Coeur, vous êtes triste, irrité, c'est une blessure cruelle que l'âme éprouve. "

Le Divin Coeur : " La mienne est encore plus profonde. Elle me transperce jusque dans ma chair glorieuse, que tant de souffrances ont rendu glorieuse. Gloire éclatante, gloire infinie. Je l'ai achetée, mes petites épouses, dans la Volonté de mon Père pour le salut de tant d'âmes que Je vais perdre, qui vont jusqu'à Me maudire et M'insulter indignement. "

Marie-Julie : " Coeur adorable, ayez pitié de vos justes qui souffrent tant... "

Le Divin Coeur : " Je leur donnerai une grande récompense. Je les bénirai comme J'ai béni le Saint Homme Job, à qui J'avais tout enlevé et à qui J'ai tout rendu. Mes petites âmes que J'aime tant... "

" Le beau règne du divin Coeur viendra ensoleiller la Terre de joie et de bonheur presque aussitôt que les traits de la Justice auront purifié de tant d'âmes qui font le mal, de tant de mauvais chrétiens, de tant d'âmes hypocrites cachées aux regards humains mais visibles aux regards éternels. "

" Je vous donne pour demeure paisible et assurée mon divin Coeur adorable avec ce grand amour de mon Saint Sacrement que l'on veut détruire en M'anéantissant, en cherchant tous les moyens de détruire mon doux ciel de la Terre, mon tabernacle, ma sainte demeure, la foi de mes élus. Il manquera sur la Terre, mais pas longtemps ce pain de vie éternelle, ce pain qui soutient mes petites âmes souffrantes, ce festin qui les fortifie. Je laisserai aux impies une heure de puissance et de pouvoir, ils auront, pour augmenter leur nombre, tous les réprouvés des abîmes, des abîmes éternels, tous les réprouvés qui sont sur la Terre sous des formes humaines pour tout détruire, pour tout anéantir. Je leur laisserai cette heure douloureuse et pénible. Elle sera suivie d'obscurité profonde. Tout le ciel sera voilé. Vos lumières bénites vous serviront de jour et mes bénédictions vous seront abondantes. Ma paix sera avec vous et, dans cette nuit sombre, Je lancerai tous les traits de ma Justice. Je foudroierai les perdeurs d'âmes. Je criblerai les fausses consciences. J'anéantirai les injustes. Je les réduirai comme un ...... Ce temps n'est pas éloigné où Je vous assure que vous n'aurez pas de crainte. Ma croix et mon divin Coeur seront vos abris, vos refuges, restez, ne fuyez pas... ailleurs. Ma Justice passera. Toute la Terre sera poursuivie de ma Justice. Il est temps que Je me lève, J'arrêterai tout le mal pour entrer dans le beau règne de mon Sacré Coeur. Il y aura de grands prodiges dans ce règne, il y aura des résurrections, il y aura des merveilles de protection pour mes âmes que Je veux garder pour relever le bien, le refaire fleurir. Je le repeuplerai d'âmes saintes, d'âmes justes, d'âmes remplies de la foi. La paix fera oublier les peines passées. Mes grâces sécheront les larmes, mes merveilles réjouiront tous les coeurs. Il faut que la Terre soit purifiée, il faut que l'ennemi des âmes qui travaille dans l'ombre soit précipité dans un abîme où il ne pourra plus faire le mal, où il ne pourra plus Me faire outrager et offenser ; mais que d'âmes perdues ! Ma passion, ma mort, tant de souffrances endurées pour le salut des âmes... seront perdues pour elles. Mes petites âmes, Je vous aime et vous M'aimez mais jamais, malgré vos grandes peines, jamais vous ne pourrez comprendre combien Je suis offensé. Que de noires trahisons il se fait dans l'ombre, que d'injustice. Si vous saviez les affreux desseins des hommes ! Je ne veux pas vous ouvrir de fond de ces crimes infâmes. Si vous saviez les infâmes correspondances qui se font sous l'empire de satan. On vend ma Sainte Église, on vend en secret la tête du prêtre, on vend en secret la pauvre Terre qui a subi une si horrible punition. Elle ne l'a pas vue, elle ne l'a pas compris et aujourd'hui il se fait un commerce infernal tel que jamais le monde n'a vu ce qui se passe. Tout est livré, tout est vendu et des complots se trament, tous les jours, la faim de chair humaine les dévore, la soif de sang humain fait bouillonner tout leur corps par une agitation et un désir d'arriver au but le plus vite possible. Tout cela se passe à la salle de l'enfer, sous la présidence de ces âmes vendues à l'esprit du mal. "

Le Divin Coeur : " Ô ! que Je souffre à cette pensée de la perte d'âmes ! quand Je pense à ce déluge de ma grande Justice, mon divin Coeur est saisi d'effroi et tout le Ciel reste abîmé dans un silence absolu. Mes petites âmes, votre refuge : ma Croix et mon divin Coeur. Je veux vous sauver, vous garder pour jouir après la souffrance. Je vous donnerai mes grâces abondantes. "

" Venez à Moi qui suis délaissé, venez à Moi qui ai tant de grâces à vous donner, venez en esprit, venez en réalité, venez à mon saint Autel, venez vous fortifier de ma sainte Présence. "

" Venez sacramentellement et spirituellement. J'aime à venir à vous. J'y trouve mes délices et une réparation parce que vos âmes mangent le pain de la souffrance, mais l'amour est dans la souffrance comme la souffrance est dans l'amour. Je donne mes souffrances à mes plus grands amis, à mes plus fidèles amis... "

" J'ai les souverains remèdes pour tout guérir, surtout pour remettre la paix dans mes chères âmes. "

Marie-Julie : " Divin Coeur, vous êtes si bon !... " À cause" que vous laissez tant souffrir vos pauvres petits amis. "

Le Divin Coeur : " Sais-tu pourquoi Je les laisse tant souffrir ? C'est pour les combler de bonheur quand Je toucherai ceux qui M'offensent et qui ...... car Je suis avec vous, mes petites épouses, et c'est une dette que Je réclame de vous avant que mes foudres bouleversent la Terre avant que mes traits irrités se fixent sur ce sol, sur cette terre où tant de prodiges se sont accomplis. "

Marie-Julie recommande des intentions puis elle dit : " Ô Divin Coeur, je ne sais plus que faire. Je ne souffre pas pour moi, mais pour mes petits amis. Du matin au soir, à vos pieds, je pense à leurs souffrances. Les miennes ne sont rien. J'ai la paix de votre part, ça me suffit. J'ai soulagement, adoucissement des peines et des croix... Pour nous, souffrir c'est " ren " mais voir souffrir c'est un martyre, un martyre de tous les jours. Ô ! bon Jésus, mon doux sauveur, soumise à votre sainte Volonté, soulagez nos petites soeurs toutes leurs misères et laissez-moi leurs croix et leurs souffrances. Je ne suis utile à rien Seigneur. Je ne peux rien faire... que dans l'inaction sans pouvoir me dévouer ni faire le bien dehors, que dans mon pauvre réduit... Soulagez, Seigneur, consolez ces petites âmes. Je ne Vous laisserai point tranquille, je ne m'arrêterai point, tant que j'aurai un souffle de vie je mendierai à votre Coeur. Pourrez-vous refuser à une pauvre mendiante, Vous qui êtes si bon. "

" Chères petites soeurs, Ô ! Il s'attendrit ce cher Amour. Il ouvre son divin Coeur comme un vaste Ciel, comme pour recevoir toutes les ... "

" De là, je reviens à la Sainte Vierge qui a tout le temps été à genoux aux pieds du divin Coeur portant toutes nos intentions, priant pour toutes les âmes... Bonne Mère, je vous demande... Jésus ne vous refusera rien. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, ma Providence vous est ouverte, c'est mon Coeur de Mère... Il y a des heures de marquées en récompense, aux belles âmes du Seigneur. "

Le 21 juillet 1925

La Très Sainte Vierge : " Ma chère enfant, mes petits enfants, savez-vous encore une malice bien noire dans l'esprit des hommes : on veut perdre mon royaume. Il est vendu aux ennemis qui vous ont tant meurtris et parmi ces ennemis beaucoup d'autres. C'est une populace de toutes les nations jointe à la trahison qui se fait à la salle de l'enfer. Le président c'est satan, en fureur de la Foi de mes enfants, et des grandes grâces qui se multiplient sur cette pauvre terre et un peu partout. "

" Mes petits enfants, ne tremblez pas. Ma main puissante vous protégera ainsi que mon Coeur de Mère, dusse-je le mettre comme un rempart contre nous et la fureur des hommes sataniques, trompeurs, trahisseurs, noirs de crimes. Ils sont les repaires de Satan, son gîte et déjà son enfer. Ils le portent en eux-mêmes. Mes petits enfants, ne tremblez pas. Mon Coeur de mère vous sauvera avec le divin Coeur et la croix méprisée luira au-dessus du firmament dans une nuée blanche et d'or et un rayon d'amour formera cette parole : «Âmes justes, âmes choisies pour revivre après ces désastres, parcourez les ruines que le châtiment a touché, portez sur vos poitrines l'arbre de vie, le lit du Sauveur du monde, le choix de son Amour. "

" Mes petits enfants fidèles, je vous comble de mes tendresses, je vous baigne dans l'amour de la sainte espérance, cette sainte espérance c'est votre Père du Ciel, c'est votre Mère du Ciel. "

Marie-Julie : " Bonne Mère Immaculée, merci au nom de vos petits amis. "

La Très sainte Vierge : " Pour vous, comme pour mes petits enfants, je vous rendrai la santé. Je vous donnerai la force de parcourir cette pauvre Terre dévastée, où il y aura beaucoup d'âmes dans des corps languissants et frappés de stupeur. Vous serez un apôtre relevant la foi, le courage de ces pauvres âmes terrassées, vous sèmerez la foi, vous sèmerez la paix, la parole de foi, la semence de grâces, beaucoup d'âmes seront sauvées tandis que beaucoup de corps resteront infirmes... paralysés sous la frayeur divine pour leur bien éternel. "

" Ma chère enfant, courage, la croix est lourde pour tous mes petits enfants chrétiens. Mon divin Fils me dit : " Ma Mère Je multiplierai les épreuves dans mes justes et Je leur donnerai de grandes grâces. Ce sera le dernier or de leurs souffrances que Je mettrai au rachat des âmes, pas toutes, mais un nombre que J'ai dans mes desseins. "

" Si vous saviez quel trésor qu'une souffrance pure ! c'est de quoi racheter mille pécheurs, mille âmes perdues que la charitable souffrance rachète à l'enfer. Dans la souffrance il y a l'amour, et l'amour et la charité sont deux soeurs inséparables en travaux et en opérations. "

Marie-Julie : " Que la doctrine du Ciel est belle. C'est un pain que l'âme mange, un pain qui sanctifie, un pain qui stimule nos veines où a coulé le Sang du Rédempteur. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, Ô ! que j'aime ce Sang, vous êtes le Sang de Jésus, la Chair de Jésus, son Sang divin fait votre vie, son Amour votre force. L'Eucharistie... la charité votre couronne.

Le 23 juillet 1925

La Très Sainte Vierge : " Je vous aime, enfants de ma tendresse, je vous aime dans l'épreuve, je vous aime dans la souffrance, je vous aime courbés sous le poids de vos croix mais courage, l'heure bénie avance qui vous apportera la joie, le bonheur, la consolation après tant d'épreuves. Mes petits enfants, cette heure de délivrance et de santé vient avec la grande heure fatale et terrible qui purifiera la Force. Mes petits enfants, je vous assure que la verge vengeresse de mon divin Fils est aiguisée. Elle est prête à toucher la Terre. "

Marie-Julie : " Là, chères petites soeurs, c'est une tristesse qui se point sur le visage si bon de la Sainte Vierge. "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, vous serez sous ma protection à l'heure du danger, à l'heure de la justice tant de fois prédite tant de fois annoncée. Eh bien ! mes petits enfants, c'est la dernière période d'offenses, d'outrages, de crimes de toutes sortes qui s'accomplissent sur la Terre par les ennemis de mon divin Fils et aussi les vôtres, car ils haïssent une âme de foi, ils insultent la beauté, la foi dans nos chers enfants chrétiens. En ce moment il y a de noirs complots, il y a des trahisons, il y a des plans affreux contre tout ce qui est foi, contre toute la sainte Religion. En plus il y a un courant affreux qui part de la salle de l'enfer, des hommes de lois impies avec les ennemis bien connus qui à tout prix veulent détruire mon royaume, ma pauvre France. Comme elle est coupable. Mes petits enfants, vous êtes des victimes qui expient et qui souffrent pour réparer bien des outrages, des trahisons infâmes qui vont se commettre. Ce ne sera qu'un moment de frayeur et aussitôt les foudres du ciel sillonneront la Terre dans toute son étendue. Mes petits enfants, restez encore en paix. Je vous avertirai de sortir de la Babylone où les crimes irritent le Ciel, plus que jamais les âmes se perdent, la foi diminue, la charité est foulée aux pieds, nos bons chrétiens sont méprisés, mais, mes petits enfants, ne tremblez pas. Le premier coup du Ciel sera la destruction de ces âmes misérables qui entendent être victorieuses, qui entendent gouverner à leur gré par des lois plus infâmes que jamais, soyez sans frayeur sous ces paroles maternelles. L'ennemi meurtrier qui a tant détruit de pauvres corps humains il s'allie (si je dis " ben " bonne Mère, dit Marie-Julie) avec une multitude de renforts humains puisés un peu partout dans tous les royaumes. Ils envoient leurs circulaires en demandant aide et force, aide et force (2 fois). Si vous voyiez cette populace altérée de Sang humain, mais ce sera eux-mêmes qui subiront les premiers châtiments, les premières rigueurs de la Justice. Mes petits enfants, ce temps sera terrible mais pas très long. Vos prières, vos souffrances et tous vos calvaires vont l'abréger. Après mon royaume sera purifié. Il restera dans des contrées très peu, très peu de monde. La Justice fauchera une multitude mais les justes seront préservés. Mes petits enfants, je vous dis cette parole : " Ma France plongée dans le crime ressuscitera glorieuse. Le règne de paix sera prolongé toujours jusqu'à 25 ou 30 années, sous la direction d'une âme que le Divin Coeur réserve à son bon peuple fidèle, sauvé par sa grâce et sa tendre bonté. Mes petits enfants, à la montée de ce Prince qui deviendra Roi de ma France nouvelle, purifiée, ennoblie et ravissante à mes yeux, il y aura une lutte qui ne sera pas longue. Le Grand Archange, défenseur de mes enfants avec l'étendard du Divin Coeur refoulera ce petit combat d'une bénédiction où le Divin Coeur rayonnera d'une gloire éclatante aux regards de ses enfants. Mes petits enfants, la pauvre terre arrosée de grâces, la terre de France, mon royaume, vous la repeuplerez. Il y aura beaucoup de prodiges - tout arrivera à la fois.

Le règne du Divin Coeur, la royauté divine du Divin Coeur de mon divin Fils : ce sera de grandes bénédictions, mes petits enfants et vous aurez votre large part des bénédictions réservées à cette époque pas éloignée, pas éloignée. "

" Je vous dis presque en pleurant que l'heure du grand jugement des impies et des grands coupables est proche, ce sera un grand déluge et beaucoup d'âmes seront perdues. Une multitude tomberont précipitées dans l'abîme sans bonheur, jamais plus de paix, jamais ne jouir de la beauté de leur Créateur. "

Marie-Julie : " Oh ! bonne Mère "

La Très Sainte Vierge : " Mes petits enfants, vous allez voir en peu de temps la sainte Religion en lutte, le prêtre du Seigneur foulé aux pieds, ses épouses consacrées traînées, insultées, mes petits enfants, toute la rigueur des hommes s'apprête comme ils le disent : " Effaçons Dieu à jamais, effaçons sa puissance, nous n'y croyons pas. Effaçons jusqu'à son nom, nous ne l'aimons pas. Nous sommes plus forts que ce gouverneur dont on croit encore à la puissance. Nous allons tout éteindre. " - " Mes petits enfants, je vous assure que ce temps n'est pas loin, mais ne vous effrayez pas. Vous avez pour abri le divin Coeur, vous avez pour protection sa Croix adorable, vous avez pour tente de salut mon Coeur maternel, mon blanc manteau pour vous servir de tente, d'abri et de force où vous n'aurez point de frayeur car la terre sera fendue, un tremblement terrible la secouera en la faisant monter à de terribles hauteurs. Les pécheurs tomberont dans ce gouffre et seront ensevelis dans ce tombeau qui se refermera. Il y aura en d'autres lieux une peste d'une seule minute. Elle peut détruire des milliers de corps, mais mes petits enfants, vous avez vos petites fleurs d'aubépine, vous avez vos croix bénites, vous avez vos médailles où toutes nos grâces sont tombées comme une pluie abondante, en plus vous avez vos promesses de vérité et de paix. "

Marie-Julie : " Merci ma bonne Mère. "

" Chère petite soeur, la Sainte Vierge est triste et son Coeur est suffoqué par de douloureuses angoisses. Elle lève ses yeux vers le trône de son divin Fils adorable, Jésus, qui par cette parole lui répondit. "

Le Divin Coeur : " Ma Mère Immaculée, Je vous redis ma large protection pour mes petites âmes fidèles, ma Mère Je vous redis : ma Justice mettra en pièces le corps du pécheur. Surtout pour les lois infâmes prononcées par tant d'âmes sous l'empire de Satan, ma Mère, Je les réduirai en poussière, car laisser des parcelles de ces horribles corps, ce serait une peste mortelle pour mes bien-aimées à qui Je promets ma protection. Je la renouvelle, âmes éprouvées. La paix reviendra, âmes affligées, corps affligés. Le remède souverain Je le tiens dans mes mains toutes puissantes et divines. J'établirai la paix où a existé le désordre, l'ennemi et la douleur. Ma grâce changera tout car ce qui est préparé n'est jamais passé sur la Terre, des grâces sans mesure, mais une justice sans borne ; elle n'est point limitée, elle s'étendra partout où les châtiments sont mérités. Elle s'étendra partout. Mes petites âmes épouses, la Terre entière, avant mon beau règne, sera en lutte, le sang coulera, les peuples s'élèveront les uns contre les autres ; pour ce peuple (...) Je n'ai pas de grâces aussi abondantes que pour vous. Ce peuple M'a moins aimé, beaucoup n'ont point la foi. Mes petites épouses, Je vous redis encore : Je vous comblerai de mes plus grands dons. Je ferai des merveilles, de grands prodiges pour vous réjouir après le passage de ma grande Justice et les récompenses pleuvront comme la pluie... C'est une pluie fine, multiple, Je vous le promets (2 fois) et ma parole est vérité, ma parole est divine, ma parole c'est Moi avec toute ma puissance. "

Le Divin Coeur : " Le grand tueur d'âmes est arrivé à son dernier degré de mal, de perversion, de crime, c'est la dernière course infâme. Il sera précipité au fond de ses abîmes et tous les esprits infernaux qui se répandent dans les âmes le suivront. Une grande paix renaîtra avec la grâce. Il vient, il vient ce temps de paix... il a été révélé par de saintes âmes bien hautes dans le Ciel qu'avant le grand déluge de la Justice divine il y aurait beaucoup de souffrances sur la Terre, beaucoup de croix multipliées, beaucoup d'âmes affligées, beaucoup de familles plongées dans les épreuves et que toutes ces souffrances seraient une bénédiction pour la Terre, jointe aux grandes bénédictions du Ciel. "

" La divine Justice passera presque partout, laissera les justes debout louant le Créateur. Elle fauchera tous ceux qui ont méprisé sa bonté, son ministre et les âmes de foi. "

Le 30 juillet 1925

Marie-Julie : " Ô ! Jésus, de quel éclat de gloire votre divine Personne est entourée ! "

Jésus : " Au dernier jour qui finira sur la Terre où Je vous ai appelés, le voile des splendeurs disparaîtra et ma gloire vous apparaîtra. "

Marie-Julie : " Ô ! Jésus, au début modérez votre Amour. L'âme immortelle a une grande souffrance et une grande douleur pour le supporter. "

Jésus : " Je viens pour vous embraser de mon divin Amour, Je viens pour vous dire combien Je vous aime, vous êtes mes amis fidèles que Je contemple du haut du Ciel parce que vous m'aimez et que vous Me consolez, Je veux vous embraser de mon divin Amour. "

" Je trouve si peu d'âmes qui le désirent ! Je trouve dans vos âmes ce brûlant désir qui Me console et Me dédommage, parce que vous reconnaissez que mon Amour a tout fait pour vous, et Je l'envoie de mon divin Coeur à vos nobles coeurs de fidèles amis de mon divin Coeur. "

" Oh ! si vous pouviez supporter les feux d'amour dont Je voudrais vous faire vivre et vous embraser ! Mais vous seriez incapables de le supporter sur cette Terre ! "

Marie-Julie : " Divin Coeur, nous ne Vous demandons pas votre incendie d'amour sur la Terre, mais au Ciel Vous incendierez nos âmes, Vous leur donnerez le même feu d'amour qui Vous a comblé Vous-même ! "

Jésus : " Petites âmes aimantes, parce que Je vous aime de mon Amour, parce que Je vous aime pour cette belle foi que vous avez, que vous portez, que J'allume dès le matin chaque jour pour Me consoler. Tant d'âmes vivent sans foi sur la Terre, Je veux que cette foi devienne un soleil, un double lien d'union avec mon divin Coeur, et Je l'attache ce lien divin, mes petites âmes aimantes. Je vous visiterai par mes grâces, Je vous visiterai par ma tendresse, Je visiterai les vôtres et toutes les âmes que vous aimez (2 fois) et Je vous assisterai quand vous m'appellerez par le Coeur de ma Mère. Je vous apporterai cette divine réponse, vous m'avez aimé, Mon Amour est plus fort que le vôtre, mais Je le prendrai pour consoler mon adorable Amour qui est si peu connu,si peu aimé, si peu adoré. " Pourtant c'est du divin Coeur que vous viendra le salut et la paix de cette pauvre Terre qui chaque jour en m'offensant attire les rigueurs de ma Justice. Oh ! qu'il M'est dur, petites âmes aimantes de changer mon Amour en Justice ! (2 fois) pour tant d'âmes qui m'aimaient et qui ne savent que m'offenser ! " " Dans mon divin Coeur, Je vous donnerai un sûr abri quand les flèches qui blessent descendront du ciel et annonceront les deuils, les larmes, la mort, etc. C'est ma divine Justice qui séparera mes amis de mes ennemis. Je conserverai mes amis pour se réjouir dans la résurrection, dans une belle fête bien pure et toute remplie de charité. "

" Petites âmes aimantes, ne craignez pas. Votre amour fait pencher mon divin Coeur sur la Terre et Je vous réserve à tous une place d'amour et de paix, une place où la divine Justice ne peut pas monter ; elle n'est pas pour les justes, mais pour les pécheurs. "

" Petites âmes, ne vous effrayez pas, ma justice fera de grandes choses qui frapperont les yeux fermés ; mais tous ne reviendront pas, ils M'insulteront quand ils verront leur vie de plaisir anéantie. "

" Ma divine Puissance a tout formé sur la Terre. Que rien ne vous étonne. Je vous donnerai mon Amour pour vous fortifier. Ma divine Justice remuera la Terre en tous les sens. Je ferai des choses puissantes et remarquables. Je me lasse du règne du crime. Si Je ne vous avais pas, âmes fidèles qui m'aimez, J'aurais déjà lavé la terre par toutes sortes de châtiments ou calamités. Je ne vous les énumère pas, vous les apprendrez, mais vous ne les verrez pas tous et vous me remercierez de ma paternelle protection, vous me direz merci. Vos maux ne ressembleront pas aux punitions que Je réserve à ces âmes qui allument chaque jour des feux de vengeance. Je vous donnerai quelques souffrances pour expier les crimes que le péché a attirés.

Petites âmes, Je vous donne mes avertissements, que rien ne vous surprenne, que rien ne vous étonne, ce que Je veux pour tant d'âmes coupables qui m'offensent sera terrible, affreux pour elles : ce sera la perte des âmes et une grande part de cette grande justice qui s'achemine vers la Terre... pas pour mes Justes que J'éprouverai avant par des maladies, des maux... car Je ne veux pas que mes âmes fidèles aient le même sort que les âmes coupables qui m'offensent dans la sainte religion, dans la foi. Il n'y a plus rien dans ces âmes de la création divine. "

Marie-Julie : " Oh ! Divin Coeur adorable, convertissez les pécheurs avant, les pécheurs qui ont une demie bonne volonté, arrachez-les aux griffes de l'ennemi. "

Jésus : " Petites âmes aimantes, Je prends toutes vos souffrances, tous vos sacrifices et souvent Je vous enlève mon Amour, c'est une grande douleur de ne pas le sentir, mais Je doublerai l'étendue de ma protection pour vous assurer d'une parfaite tranquillité d'âme, d'esprit et de corps. "

" Mes petites âmes aimantes, dans un moment il se fera des lois plus iniques, plus odieuses et plus criminelles pour mes justes... "

" Oh ! petites âmes aimantes, Je m'approche de vous et Je vous dis : Écoutez-moi, petites âmes, Je suis votre barque de paix. À l'entrée de la barque vous monterez les trois marches qui sont les trois belles vertus de ma sainte Mère ; vous aurez de petits sacrifices qui vous coûteront, mais au-delà ce sera le divin Coeur resplendissant avec sa bonté, de confiance d'amour et de paix. L'âme est plus que le corps et l'âme a besoin d'un soutien plus fort ; vos âmes sont à Moi, Je les nourrirai de foi et de confiance. Je les soutiendrai dans la barque de paix et de tranquillité, tout se passera. Il y aura aussi de grands éclats de tonnerre qui annonceront l'orage de la Justice. "

" Je veux qu'ils s'attendent à tout, Je veux que rien ne les étonne. Je veillerai avec ma Sainte Mère sur les familles et sur les amis. "

Marie-Julie : " Ô ! Divin Coeur de Jésus, fermez nos yeux avant que cette Justice arrive ; nos corps seraient incapables de la voir, nos coeurs à demi usés ne pourraient la supporter. Quelle douleur en voyant l'enfer regorger de pauvres âmes qui vous ont tant coûté ! "

Jésus : " Petites âmes aimantes, cet abîme est sur la Terre le roi des enfers avec sa langue de feu et ses traits foudroyants. Portant dans ses traits la malédiction éternelle, de ses naseaux il sort des gerbes de feu, des flots de malheurs, de désordres, la foi se perd et en perdant la foi l'ennemi prend la place du divin Coeur, il conduit au feu qui dévore sans jamais de fraîcheur. Il dit : " Tu nous appartiens, tu as fait nos oeuvres, tu as écouté nos écoles, semé le crime et l'impureté, viens à nous. " Et Jésus : " Tu as fait le mal contre les âmes, tu t'es nourri de plaisirs coupables, tu as fui l'appel de la grâce, tu ne m'as pas connu, Je ne te connais pas. "

Marie-Julie : " C'est à l'âme qu'il parle. "

Jésus : " Mes petites âmes aimantes, Je me voile à vos yeux, mais au dernier jour le voile des splendeurs disparaîtra et Je vous serai visible. "

Marie-Julie : " Oh ! Jésus, modérez votre amour. L'âme humaine a grand peine à le surmonter. "

Jésus : " Je veux vous dire combien Je vous aime. Marie-Julie : " Je n'ai pas entendu ce mot là. "

Jésus : " Tu vas bien le comprendre : quand on a une brebis qui passe dans un autre champ, on lui met une (entrave). "

Marie-Julie : " Je comprends cette parole. "

Marie-Julie : " Ô Divin Coeur, j'aime bien vos doux entretiens, mais quand vous parlez de Justice... (je n'aime pas la justice). "

Jésus : " Ils seront doux dans ces liens d'union que J'entrevois au Ciel, cet Amour d'union des âmes, si doux, qui les attache à mon divin Coeur, d'une beauté semblable à ma beauté, puisque Je suis sans tache. L'amour avec toutes ses tendresses, ses opérations divines,, ses paroles brûlantes, Je me communiquerai comme Je le veux. Je donne l'intime communication dans l'âme, c'est là où J'opère et où Je mets mon amour, J'invoque les âmes à venir s'y réchauffer âme et corps. Vous dites petites âmes Je suis froid ! Mais cette indigence n'empêche pas l'Amour de circuler en vous, d'y faire des chemins pleins de clarté où il n'y a pas de nuit. "

Marie-Julie : "Coeur de Jésus, on est tout de même bien mieux quand nous sommes au-dessus de nos corps pour Vous adorer, Vous comprendre et Vous aimer. "

Haut de page

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81