PRÉFACE

Écrire la vie de Marie-Julie sans l’avoir connue personnellement risquerait de la montrer d’une façon «pale», voire inexacte aussi nous sommes nous inspirés des personnes qui l’avaient réellement connu, à savoir principalement Monsieur l’Abbé David (son directeur spirituel) et la famille Imbert Gourbeyre (le Docteur et sa fille Antoinette)

Nous leur avons donc laissé la parole ainsi qu’à Marie-Julie quand à la demande de Notre-Seigneur elle se racontait au cours de ses extases.

Nous espérons sincèrement que ce livre vous permettra de mieux la connaître et surtout de l’aimer comme elle le mérite

CHAPITRE PREMIER

LA NAISSANCE DE MARIE-JULIE

Marie-Julie JAHENNY naquit à Coyault, lieu dit de Blain, le 12 février 1850 à 9 heures du soir un mardi-gras, jour de péché. Sa maman la consacra de suite à la Sainte Vierge. Elle fut baptisée dès le lendemain mercredi des Cendres, jour de pénitence.

Marie-Julie avait 10 ans et demi quand elle fit sa Première Communion.

Plus tard, ses parents souhaitèrent qu’elle ait un métier, aussi se rendait-elle à Blain pour être couturière : «Quand j’allais apprendre mon état près de l’Église, une chose que je n’ai jamais dite : c’était point pour apprendre mon état, ni pour apprendre à mieux travailler car j’étais instruite assez de ce côté-là, mais Père, c’était pour aller à l’Église et pour adorer le Très Saint Sacrement. Comme il m’était permis, le matin à six heures j’étais à l’Église, et le soir en quittant la journée je passai tout mon temps là. Quand je revenais le soir, j’allais saluer l’ami fidèle qui semblait me dire : «Tu n’entres donc pas saluer ton ami ?» C’était le seul désir qui me menait là pour aller à la sainte Communion, autant que je le voulais.»

Fin novembre 1876 Marie-Julie malade doit se résigner, elle ne quittera plus sa cellule et ne pourra donc plus se rendre à l’Église. C’est ainsi qu’elle fait ses adieux à l’Église :

LES ADIEUX AU CLOCHER, NOËL 1876

– Je Vous demanderais bien une grâce mais j'ai peur de Vous déplaire. Je n'ai plus de droits sur la Terre, je n'y touche plus. Eh bien, je demande d'aller revoir une dernière fois mon cher clocher où j'ai fait ma première communion. Laissez-moi aller encore une fois voir l'autel, le tabernacle, la chapelle du Sacré-Cœur où j'ai passé de si délicieux moments. Où es-tu tabernacle ? Tout a disparu pour moi. Ô clocher, je ne te reverrai plus. Je remercie la nappe qui m'a servi pour recevoir mon divin Époux. Je remercie le confessionnal où j'ai tant de fois reçu le pardon de mes péchés. Je remercie la porte du tabernacle qui s'est ouverte par mon Père.

Merci, mon Père, merci des confessions que j'ai faites à vos pieds. Merci, le chemin qui m'a conduite à l'Église. Merci grand-route, merci arbres qui se trouvaient sur mon passage. Je ne peux pas me résigner. Donnez-moi la résignation. Je ne peux oublier l'autel de ma première Communion. Mon cœur est touché jusqu'au vif. J'ai tout sacrifié. Mon cœur ne veut pas obéir.

Ô mon cœur, obéis : ton Père te l'ordonne. Saint Michel, donnez-moi vos armes pour terrasser mon ennemi.

Oh ! que d'âmes à votre sainte Table à Noël ! Il ne reste donc que moi seule, c'est le plus grand des sacrifices. Pourquoi ne suis-je pas obéissante ? Je me résigne. Après la souffrance, la mort, après la mort, le Ciel, voilà ma consolation. La Croix me soutient. Vous tous, parents, amis remerciez cette grande route qui portait mes pas, elle ne les portera plus. Je la saluerai du fond de mon cercueil.

Que de fois j'ai jeté les yeux sur celle qui m'a fait chrétienne. Ô sainte Église, ma mère, ne pas vous revoir c'est le plus grand sacrifice. Oh ! quel bonheur j'avais à me reposer près de ma Très Sainte Mère, sous la belle figure de Marie. Marie-Julie dans la vieille Église de Blain avait sa chaise à deux ou trois pas de la table de communion, juste en face d'une grande statue de la Sainte Vierge qui se trouvait à gauche dans le chœur. Lors de la construction de la nouvelle Église, cette statue fut transportée dans le jardin de la cure où elle finit par se dégrader et tomber en morceaux...

Marie-Julie du Crucifix

16.50 € 15 € – 170 pages – Édité en 2010

ISBN 978-2-919247-04-2

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81