Les stigmates

Marie-Julie JAHENNY

Le 6 janvier 1873, Marie-Julie tombe gravement malade.

Le 15 février, elle reçoit l’extrême-onction.

Le 22 février, apparition de la Sainte Vierge qui lui annonce sa guérison pour le 2 mai.

Le 14 mars, seconde apparition de la Mère de Dieu qui lui demande si elle accepterait les Plaies de son cher Fils.

Le 21 mars, " Je tombais en extase sur mon lit de douleur. La Sainte Vierge est là. Notre Seigneur m’apparaît avec ses Plaies rayonnantes. Je viens, ma chère enfant, me dit-Il, t’apporter mes Plaies adorables. Il partit alors de chaque plaie, un rayon lumineux qui vint frapper mes mains, mes pieds et mon côté. "

Le 5 octobre, elle reçoit la couronne d’épines.

Le 25 novembre, " J’ai vu Notre Seigneur, dit-elle, portant sa Croix sur l’épaule gauche. J’ai vu le Sang couler de cette épaule déchirée. " A ce moment, Notre Seigneur imprime sur l’épaule de Marie-Julie cette plaie sacrée.

Le 6 décembre, elle reçoit les stigmates au dos des mains et des pieds.

Le 12 janvier 1874, apparition des stigmates aux poignets de Marie-Julie, pour représenter les cordes qui avaient lié ceux du Sauveur.

Le 14 janvier, autres stigmates aux chevilles, sur les jambes et les avant-bras comme signes de la flagellation.

Le 20 février, anneau stigmatique à l’annuaire de la main droite, signe de ses fiançailles mystiques. Marie-Julie devient la fiancée du Christ.

Le 7 décembre 1875, l’inscription " O Crux Ave " sur la poitrine, avec une croix, d’autres inscriptions et une fleur.

" C’est le jeudi 24 mai 1883, à 6 heures du matin, qu’eut lieu la transformation de la couronne de Marie-Julie. Il lui avait été annoncé qu’elle recevrait une couronne plus belle, plus brillante, entrelacée, avec trois diamants sur chaque lacet. L’Archange qui l’annonçait lui dit : Ma soeur, je suis Saint Raphaël et c’est moi qui serai le maître du chant angélique au moment où ce don va se faire, dans ta cellule, le palais du Roi.

A six heures du matin, l’ancienne couronne disparut tout à coup pour faire place à la nouvelle. La transformation fut immédiate, suivie d’une communion surnaturelle. A ce moment, la famille, seul témoin, entendit la musique des anges à deux reprises. Les raies de la nouvelle couronne, faites uniquement de sang coagulé, étaient lisses et vermeilles comme du corail. "

Contrairement aux autres stigmates, celui du coeur alla se développant. " Sur le côté gauche, déclarait le docteur Imbert, il y a, en arrière et au-dessous du sein, trois petites barres d’un pouce de long, de deux lignes de large, non parallèles, très rapprochées et formées de sang noirâtre desséché ". Le Seigneur avait révélé que la plaie du coeur, d’abord petite, irait en s’agrandissant et en pénétrant de plus en plus.

On a photographié cette plaie en 1936 : elle mesurait quinze centimètres de long. Marie-Julie demanda qu’elle se ferme. On la photographie, de nouveau, en 1937 elle n’a plus que sept centimètres. Un linge appliqué postérieurement présente une tache sanglante de trois centimètres de diamètre.

Deux des principales inscriptions stigmatiques en lettres gothiques sur la poitrine de Marie-julie, rappelaient sa mission :

" Délivrance du Saint-Père "

" Triomphe de l’Église "

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81