INTRODUCTION

Le plan de Dieu sur sa création a, de par le péché, trois temps :

– le temps de la loi de la crainte, ou temps de la pénitence, c'est l'église judaïque

– le temps de la loi de la grâce, ou temps de la rémission des péchés et de la sanctification, c'est l'Eglise catholique

– le temps de la loi de la gloire, ou temps du règne de gloire de Notre Seigneur Jésus-Christ, c'est l'Eglise, nouvelle Jérusalem terrestre

A l'aurore du premier, Marie est là, invisible, mais présente et agissante dans la Promesse de Dieu : Abraham, Isaac, Jacob, Elie...

A l'aurore du second, Marie est là, visible et agissante, portant le Créateur de toutes choses ; c'est Elle qui obtient, à la vieille synagogue que représente Elisabeth, l'embrasement de l'Esprit-Saint ! En Jean-Baptiste qui en a l'esprit et la force, Elie est également présent...

A l'aurore du troisième, Marie est encore là, visible et agissante ; Elle annonce à l'Eglise catholique l'ultime moisson, l'engrangement de gloire...

En effet, les Apparitions de Garabandal réitèrent, comme à la lettre, la Visitation du 1er Avènement dans les montagnes de Juda.

Celle-ci a communiqué la réalité anticipée de la Rédemption et des grâces divines aux Jean-Baptiste, Elisabeth et Zacharie de la Plénitude des Temps ; la Visitation des montagnes de Juda apporta à l'église judaïque de la prophétie la grâce anticipée de l'Avènement rédempteur, et elle devint l'Eglise catholique.

La Visitation du 2ème Avènement, ou Apparitions de Garabandal, communique la réalité anticipée de la Rémission des péchés et de la Résurrection de la chair aux Jean-Baptiste, Elisabeth et Zacharie de la Fin des Temps ; la Visitation des montagnes de Garabandal apporte à l'Eglise catholique la gloire anticipée de l'avènement glorificateur pour qu'elle s'épanouisse en la nouvelle Jérusalem du Règne du Christ.

Car les Apparitions de Garabandal annoncent bien le Mystère de la Parousie dans son double aspect de Jugement et de Glorification, de Justice et de Miséricorde. C'est sans doute pourquoi Saint Michel, Ange des premiers et ultimes combats y exerce un rôle des plus importants, présidant à la lutte contre les esprits des ténèbres et l'Ange déchu. C'est sans doute pourquoi aussi Saint Jean-Baptiste est là, présent en son esprit et sa force – qui ne sont autres que l'esprit et la force du Prophète du Mont Carmel, Elie – par la présentation, le 24 juin (fête de sa nativité), de l'écriteau porteur du Message que la Sainte Vierge expliquera aux fillettes à partir du 4 juillet et qu'elles transmettront au monde le 18 octobre 1961. C'est sans doute encore pourquoi le Sacré-Cœur a voulu manifester à Jacinta, le 30 juin 1961, dernier vendredi du mois à Lui consacré, l'infini de sa Bonté et de sa Miséricorde à travers son regard pénétrant et transformant, l'importance et l'immensité de sa Majesté. C'est enfin sans doute pourquoi la Sainte Vierge porte à son poignet droit le Scapulaire du Mont Carmel qui signifie la gerbe des mérites d'une vie de pénitence et de sacrifices que le divin Moissonneur va récolter pour l'engrangement de gloire !

En même temps, ces Apparitions annoncent aussi les précurseurs de cette parousie, leur conférant l'esprit et la vertu d'Elie (Esprit de pénitence et force de la justice) et préparant une nouvelle Pentecôte (de gloire et de miséricorde) au bénéfice des Zacharie et Elisabeth de la Fin des Temps, c'est-à-dire du Sacerdoce de l'Eglise !...

Garabandal, c'est le jugement des consciences ! Garabandal, c'est la montagne de la Justice !

C'est l'œil de Dieu, auprès de la Vierge le 2 juillet 1961 ! C'est l'appel à la pénitence dès le 1er Message que les petites mettront en pratique par le renoncement à leur «moi» et l'obéissance aux parents au milieu des obligations quotidiennes du devoir d'état, de la fidélité dans la vie de chaque jour ! C'est aussi le zèle impétueux et intrépide de la défense de la morale outragée et de la justice méconnue : la belle et tranquille fermeté de Conchita : «Vous ne vivez pas bien !». C'est la dénonciation formelle, le 18 juin 1965, de ceux qui enseignent les autres à violer l'un ou l'autre de ces préceptes du Décalogue ou des Commandements de l'Eglise : «Beaucoup de cardinaux, d'évêques et de prêtres...» ! C'est encore l'Avertissement annoncé ou Jugement particulier pour chacun ! C'est le Miracle, épiphanie de l'Amour de Dieu et de sa Miséricorde par le rappel de sa loi et de son accomplissement plénier ! C'est enfin le Châtiment ou Jugement des Nations par le feu !

Bref, Garabandal, c'est le Baptême de repentir pour la rémission des péchés !

C'est donc que vient l'Heure du Baptême dans l'Esprit-Saint ! Car Garabandal, c'est aussi la glorification ! Garabandal, c'est la montagne de la Miséricorde !

Le charisme du Baptiste, c'est manifestement la Joie, la joie qui vient de la Miséricorde de Dieu, de l'Espérance en Dieu, et qui a pour principe la Promesse de Dieu... C'est la triple et amplifiée infusion de joie, de joie surnaturelle, perception intérieure d'allégresse, que sont les trois «Appels» annonçant la venue de Notre Dame du Mont Carmel et rappelant le tressaillement, l'agenouillement d'adoration de Jean-Baptiste dans le sein de sa mère Elisabeth, saluant Marie ! C'est Jésus-Hostie, Fils de Dieu crucifié au Calvaire, qui leur est présenté («Ecce Agnus Dei», de Jean au désert) : «Pense que tu vas recevoir Dieu !», tant il est vrai que l'Eucharistie est le prolongement de l'Incarnation et de l'Incarnation rédemptrice ! C'est le long temps passé au milieu de ses enfants : plus de 4 ans dont 2 1/2 presque continuellement nuit et jour (3 mois dans les monts de Juda), pour leur perfectionnement, pour faire des voyantes les prophètes de la consommation de la Rédemption, c'est-à-dire de la Rédemption plénière, c'est-à-dire, après la rémission des péchés, de la résurrection de la chair... ! – et cela, par les baisers multipliés sans fin au crucifix, par les marches et entre les marches extatiques au cimetière et dans les maisons, surtout par les défis à toutes les lois de la nature de leurs lévitations comme si elles étaient déjà dans un monde libéré de toute pesanteur au sens physique et moral du terme, enfin par les chutes extatiques !...

C'est le baptême de l'Esprit-Saint et la naissance de l'Eglise !

Dans les monts de Juda, c'était la Mère du Fils de Dieu qui visitait Jean et sa mère ; à Garabandal, c'est Marie «Mère de Dieu et notre Mère», c'est la Femme de l'Apocalypse qui vient présider à la restauration, à la recréation de toutes choses ; c'est la Vierge de la Fin des Temps, non encore la Vierge du Jugement dernier, mais celle du Jugement des Nations ! De même que, dans les monts de Juda, la Visitation qui inaugure la mission de Jean-Baptiste ne se limite pas aux descendants d'Abraham, mais embrasse toutes les nations, de même la Visitation à Garabandal ne se limite pas aux voyantes, à l'Espagne ; elle concerne le monde, l'univers entier... Nous le voyons avec la conversion et le baptême de Muriel-Catherine, la jeune juive... ; avec aussi la formule «Mère de Dieu et notre Mère» à ne pas employer avant que l'Eglise ne l'autorise, tant il est vrai que les Apparitions de Garabandal semblent déboucher, en l'annonçant, sur l'autorité retrouvée, renouvelée de «l'Eglise Catholique, Apostolique et Romaine !...»

En effet, la défection du clergé, le trouble du sacerdoce, on le trouve déjà dans les monts de Juda : Zacharie devenu sourd et muet à cause de son doute envers les paroles de l'Ange, devenu ainsi incapable, comme prêtre, d'interpréter, et d'authentifier les paroles de la Visitation..., réponse à sa Prière Sacerdotale messianique, de Grand Prêtre de l’espérance invincible ! Châtiment terrible qui fait taire le Sacerdoce ancien dont la mission était pourtant de reconnaître Celui qui allait venir... ; mais il cesse dès que ce qui a été annoncé s'accomplit... ; il authentifie alors canoniquement la Visitation : «Benedictus Dominus Deus Israël quia visitavit...»

Il en est de même aujourd'hui ! Nous souffrons tous du silence de l'autorité épiscopale et pontificale sur la Visitation à Garabandal : «Ecce eris tacens et non poteris loqui – voici que tu te tairas et ne pourras parler...» Mais, comme à Jérusalem autrefois, quand viendra le moment où se réalisera tout ce qui a été annoncé, le Sacerdoce se retrouvera, tel Zacharie, ce qu'il n'aurait du jamais cesser d'être..., ces nouveaux Jean-Baptiste, prophètes du Très-Haut, hérauts de son Amour infini, ces Apôtres des derniers temps, ces Elie tant attendus parce que promis...

N.B. La Fin des Temps

Le 1er novembre 1966, parlant avec Mère Marie des Neiges, Supérieure du pensionnat de Burgos où elle se trouve, Conchita lui dit : «Moi, j'ai dit un jour à la Vierge : Est-ce qu'au temps de ces futurs événements (Avertissement, Miracle, Châtiment) ce sera la Fin du Monde ? Et elle m'a répondu : Non, la Fin des Temps. Les Papes, après Paul VI ne seront plus que deux, et après, alors vient la Fin des Temps».

C'est le R.P. Rodrigo S.J., Professeur de Théologie Morale à l'Université Pontificale de Comillas (Santander), qui, un jour de pluie de 1970, rapporta au R.P. Eusébio de Pesquera OFM Cap, comment cela s'était passé à Garabandal les premiers jours de juin 1963. Alors que S.S Jean XXIII venait de mourir, la conversation entre Conchita et sa mère, puis avec Maximina, Mme Ortiz et une autre femme, se termina ainsi : «Après ce Pape (S.S Jean XXIII), il n'en reste plus que trois, et ensuite ce sera la Fin des Temps... La Vierge n'a pas dit «La Fin du monde», mais «la Fin des Temps». Quant à Conchita, elle affirmera n'en pas savoir la différence...

Les paroles de Conchita sont aussi claires que celles de Bernadette à l'Abbé Peyramale de Lourdes ne sachant ce que voulait dire : «Je suis l'Immaculée Conception» ; elles démontrent, par là même s'il le fallait, que ces paroles ne pouvaient absolument pas venir d'elle ni de ses connaissances personnelles...

Qu'est-ce donc que «la Fin des Temps» qui n'est pas «la Fin du Monde» ? En tant que «période», c'est le temps accordé, depuis la Croix, aux gentils, aux païens, pour se convertir ; en tant que «moment», «instant», c'est le point final de ce temps même, c'est-à-dire la Fin du Temps des Nations. Saint Luc (21, 34) ne dit-il pas : «Jérusalem sera foulée aux pieds par les païens jusqu'à ce que soit révolu le Temps des Nations » ? Or Jérusalem n'est plus foulée aux pieds, théoriquement depuis la déclaration de Balfour (1917) et la proclamation de l'Indépendance (14-5-48), mais seulement pratiquement depuis juin 1967...

En même temps, ne faut-il pas rappeler que, après avoir eu «universellement» connaissance du Messie-Sauveur, comme Cornélius à Lapide en émettait le sentiment (Commentaire de St Matthieu 24, 14. Vol. 15 p. 504), les Nations ont, à leur tour, apostasié ! Ce qui appelle un Jugement : «Quand les hommes, est-il dit, auront comblé la mesure de leurs iniquités envers Dieu et envers Israël, alors viendra le grand cataclysme dont le Déluge n'a été que le prélude et comme l'avertissement. Cette fois-ci, la Justice divine ira jusqu'au bout, le mal sera vaincu à jamais : la terre sera purifiée par le feu et non plus par l'eau» (cf. «Fin du monde présent» abbé Arminjon. Livre de chevet de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus).

Remarquons également que, en juin 1965, Conchita a affirmé : «Le Châtiment coïncide avec la Fin des Temps». Nous verrons en effet, plus loin, comment ce Châtiment correspond très exactement à ce «Jour de Yahwé» dont il est parlé dans tout l'Ancien Testament et qui est particulièrement décrit dans le seul Saint Luc (17, 28-30).

Mais, comme il sera également dît, ce n'est pas une destruction mais une purification ; l'humanité et la création elle-même «ressusciteront» mais pour une vie autre, nouvelle...

Le mystère des apparitions de Garabandal

18 – 200 pages – Édition 2014

Prix de lancement 16.50€

ISBN 978-2-919247-39-4

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81