Introduction aux prophéties

Aucun livre important n’a paru sur Marie-Julie Jahenny et pourtant, d’Allemagne ou d’Amérique, on écrit, soit à l’évêché de Nantes, soit à la paroisse de Blain, pour connaître des détails sur sa vie ou réclamer des reliques.

Pourquoi ?

Parce qu’elle est considérée comme douée du plus grand don prophétique qu’une personne ait obtenu dans ce siècle. Nul n’ignore que des livres de prophéties paraissent périodiquement. On se transmet de l’un à l’autre celles de Marie-Julie.

Qu’en penser ?

Nous avions pensé laisser de côté ce sujet délicat. Mais nous nous imposons l’obligation de présenter un travail d’information complet et impartial. Or, parmi ceux qui ouvriront ce livre, nombreux sont ceux qui en attendront des lumières là-dessus et que nous ne pouvons décevoir.

Des prophéties en général

La prophétie est un charisme que l’Église reconnaît mais dont on minimise la portée.

Le prophète est essentiellement celui qui parle au nom du Seigneur. Son dessein est de ramener les coeurs à Dieu, d’inciter à la conversion, à la pénitence et à une augmentation des vertus de foi, d’espérance et de charité.

En ce sens profond et primitif, le prophète officiel, c’est le prêtre quand il parle selon l’évangile et en union avec la hiérarchie catholique.

Mais Dieu accorde officieusement ce don à qui lui plaît : homme ou femme, adulte ou enfant, laie ou clerc... Ce don, il le confirme par des grâces de guérisons miraculeuses, de stigmatisation, de lévitations, de bilocations et aussi par la pénétration de l’avenir.

C’est ce dernier point qu’on a surtout retenu : le prophète, pour le peuple, c’est celui qui prédit l’avenir. Une curiosité purement humaine nous pousse à savoir ce qu’il adviendra de nous dans le temps futur.

Ceci explique qu’au début de chaque année nouvelle, des journaux, pour allécher la clientèle, affichent les faits sensationnels dont l’an neuf sera pourvu. L’échec constant de ces prédictions n’empêche pas de récidiver.

N’écoutons pas les prophètes charlatans

La prophétie, au sens religieux, c’est autre chose. Jamais elle ne peut être contraire à l’enseignement officiel de l’Église car, seule, celle-ci a reçu le don d’infaillibilité et il ne peut y avoir deux vérités contraires sur le même objet.

Mais Dieu peut-il révéler l’avenir ?

S’il le révèle, n’est-ce pas parce qu’il le fait lui-même ?

Où serait notre liberté ?

Dieu ne connaît l’avenir que par rapport à notre optique d’êtres vivant dans le temps. Lui, hors du temps, vit un éternel présent et voit ce qui, pour lui, existe déjà et qui, pour nous, n’est pas encore. Nous ne comprenons pas : lui seul se comprend. Il agit en nous, nous ne pouvons rien sans lui et, cependant, il nous laisse libres. Tel ce papa qui tient par le vêtement du dos son tout petit garçon : s’il lâche, l’enfant tombe, s’il ne lâche pas, l’enfant marche grâce à ce soutien nécessaire mais il avance dans le sens qui lui plaît à droite, à gauche ou en avant.., ou même à reculons. Le bébé choisit librement sa direction ou même choisit de ne point bouger.

Dieu a-t-il intérêt à nous révéler l’avenir ?

En principe Il nous le cache pour que nous ne perdions pas le bénéfice de notre liberté. S’il consent à lever le coin du voile, c’est en vue de notre conversion. Cet avenir, Il ne le révèle que partiellement, conditionnellement, le plus souvent sans précision de dates et toujours avec une note d’incertitude. Il révèle plus volontiers les faits d’ordre général que ceux qui concernent la destinée de l’individu. Il agit comme les parents qui menacent leur enfant pour le tenir dans le droit chemin. " Si tu ne fais pas comme ceci, il risque de t’arriver cela. "

Le Christ a fait des prophéties sur la ruine de Jérusalem et sur les événements qui précèderont la fin des temps. C’est à dessein qu’Il les a mêlés afin que ses auditeurs, apprenant qu’ils en verraient, ne puissent démêler ce qui serait immédiat de ce qui était réservé à des temps plus éloignés.

Quand le Seigneur dit : bientôt, c’est bientôt pour lui qui vit dans son éternel présent mais ce bientôt peut paraître lointain à nous qui vivons dans le temps.

Marie-Julie a prophétise

Les prophéties de Marie-Julie sont contenues dans le texte officiel de ses extases. La voyante ne peut pas ne pas les révéler. Elles tiennent une place importante dans ce qui a été noté, surtout entre les années 1877 et 1881, celles que nous avons explorées à fond. Ce dossier a été réalisé par Adolphe Charbonnier. Il comprend des extases rédigées par lui-même, les plus nombreuses, celles rédigées par son frère Auguste, par le frère Cyrus, par monsieur Dubois de la Patelière, par l’abbé Cailleton, par le curé du Gâvre, par madame Grégoire, par monsieur Sionnet et par d’autres. Toutes sont du même style, y compris celles que nous avons retrouvées dans leur texte original, écrites de la main même de madame Grégoire.

Marie-Julie se souvient, en principe, du contenu de ses extases mais elle n’a pas nécessairement grâce pour l’expliquer. Elle est sans culture mais intelligente et avide de comprendre. Dans son humilité, elle croit volontiers les explications des autres : si elle acquiesce, ne serait-ce que par son silence, cela peut conduire à la catastrophe. On lui en fait dire elle nous l’a déclaré elle-même.

Ainsi cette prophétie, si bien ancrée dans la région de Blain, qu’à sa mort l’aubépine fleurirait au passage de son cercueil. Nous n’en avons pas trouvé trace dans les milliers de pages de ses extases que nous avons parcourues. Il est possible que cela existe quelque part. Nous savons, par ailleurs, que Marie-Julie a supplié le Seigneur de lui épargner, dans ses dernières années, tout ce qui pourrait attirer l’attention sur elle.

Quel est le processus de ses prophéties ?

Celles-ci passent, parfois, à travers des scènes allégoriques : il y est question de croix, d’épines, de chemins creux, de fontaines ou de ruisseaux fleuris. Ceux qui connaissent la trame de ses prophéties devinent, déjà, ce que cela signifie.

Puis, soudain, le texte prophétique éclate, prononcé par le Christ, la Vierge ou saint Michel, plus rarement par un saint. C’est pathétique. C’est empreint d’une certaine violence de la part du Seigneur, de tendresse et d’inquiétude de la part de sa Mère. C’est marqué de l’impatience d’agir de la part de l’Archange.

Il nous est arrivé d’en lire les meilleurs passages à des gens non avertis, prêtres ou laïcs : ils en restent interloqués, ne sachant que dire.

Le Seigneur se réserve d’annoncer les châtiments les plus durs. " Voilà, dit-il, une prophétie que je vous fais moi-même, moi qui suis la voix de la vérité et de la vie. Écoutez ma parole. " Il dit aussi : " Ne soyez pas étonnés, mes enfants, si tout le peuple se soulevait contre mon serviteur et ma servante. " Le serviteur, c’est le secrétaire qui prend l’extase en notes. Plusieurs fois, le Sauveur avertit qu’on ne les croira point.

Souvent, la prophétie se présente comme un écrit que Marie-Julie déchiffre sur une bannière, une banderole ou même une croix.

" La Sainte Vierge soulève la mousse qui couvre la croix mais qui n’y est point attachée. Elle me fait admirer cette croix sur laquelle je lis... "

Suivent neuf paragraphes prophétiques.

Il arrive fréquemment que l’extatique contemple les événements dans un soleil, à la manière de sainte Anne-Marie Taïgi. Nous savons que celle-ci voyait tous les événements passés, présents ou futurs, dans un soleil mystérieux, de la taille du soleil naturel, qui se tenait constamment devant elle, à environ un mètre cinquante, un peu au-dessus de ses yeux. Celui de la voyante de la Fraudais ne se manifeste que dans certaines extases.

Le soleil de Marie-Julie fut obtenu d’une façon curieuse. Le 4 mars 1880, saint Thomas d’Aquin, " qui a son soleil ", lui apparaît.

" Saint Thomas, dit-elle, si vous vouliez me le donner, ce soleil ? Non pas pour moi ni pour mes amis, mais pour le cher entrelaceur de tous les mérites. Il verrait dedans ce que l’amour infini ne laisse pas tant voir aujourd’hui ".

L’entrelaceur, c’est l’abbé Rabine qui ne comprend rien aux voies de sa pénitente. Le saint réplique

" Jamais, pour cet oeil, cette demande ne sera exaucée.

- A cause, saint Thomas ?

- Parce que jamais la lumière ne viendra le ramener dans le chemin véritable de l’oeuvre du Bon Dieu. "

Or, le 16 mars suivant, la Vierge elle-même propose ce soleil à Marie-Julie

29janvier 1878

" Ma chère enfant, le don que mon Fils va te faire, c’est celui du soleil divin... Du matin au soir, tu pourras t’instruire de toutes les connaissances, de tout ce qui se produira dans le ciel, dans l’enfer, dans le lieu d’expiation, sur terre et dans tout l’Univers. Voilà la merveilleuse connaissance dans laquelle tu vas entrer. Tu verras dans la divinité toutes les choses du ciel et de la terre. Ce sera un grand moyen de protection pour mon peuple, s’il veut s’incliner sous la bonté de ton Bien-Aimé. Tu verras tout cela, non pas humainement mais divinement.

- O bonne Mère, quelle mission vous me donnez ! J’aimerais mieux - mais je n’ai point de volonté - j’aimerais mieux rester dans la simple mission où je suis encore. "

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81