LETTRE-PREFACE

de S. Exc. Mgr du BOIS de la VILLERABEL

évêque d’annecy

actuellement archevêque d’enos

Annecy, le 22 mars 1933.

Monsieur,

Je viens de lire avec un grand intérêt - permettez-moi de dire : avec une singulière émotion - l’important travail que vous vous apprêtez à publier, avec «l’Imprimatur» de Monseigneur l’Archevêque d’Auch, sous ce titre «Mémoire pour obtenir le renouvellement de la Consécration de la France à saint Michel».

Saint Michel est le grand vainqueur de Satan. Vainqueur, il le fut dans l’étonnant combat qui, «au commencement des temps», fit trembler les Cieux. Vainqueur, combien de fois l’a-t-il été depuis, dans les rudes batailles livrées pour la défense du «Peuple de Dieu», avant la venue du Messie et pour le triomphe de la Sainte Eglise, lui qui a reçu de Dieu la mission de continuer auprès d’Elle la protection dont jadis il couvrait Israël !

Il nous est infiniment consolant de penser que cette glorieuse Mission vis-à-vis de l’Eglise ait valu à notre France l’incomparable bénéfice d’être .spécialement protégée, elle aussi, par le grand Archange. C’est une prédilection de plus, dont celle qui fut - et qui restera - la «Fille aînée de l’Eglise» ne remerciera jamais assez la Divine Providence !

Car cette protection si précieuse s’exercera bien souvent et très efficacement en sa faveur, au cours des siècles. Dans un impressionnant raccourci, votre «Mémoire» Monsieur, montre, jusqu’à l’évidence, que la France d’autrefois se fit une gloire de rester, à la suite de ses Rois, très fidèle à saint Michel. Il montre aussi que saint Michel fut, en retour, surtout, aux heures tragiques, très fidèle à notre chère Patrie. Il veilla sur la France, et la France, fière de ce haut patronage, recourut à lui avec une confiance qui, jusqu’au XVIIIe siècle - le siècle des Philosophes, qui allait, pour finir, devenir celui de la Révolution - ne se démentit jamais. On peut bien vraiment dire qu’après la Très Sainte Vierge Marie, Reine toujours régnante chez nous, saint Michel - son féal chevalier - fut l’objet de la sincère et de la plus vivante dévotion des Français.

Hélas !pourquoi faut-il que des liens si chers se soient, sinon brisés, du moins si fâcheusement relâchés ? Les temps nouveaux où nous sommes et que le «laïcisme de mort», ennemi de tout ce qui est chrétien - et, en réalité, de tout ce qui est vraiment français - marque si profondément de son empreinte, réussiraient-ils à substituer au séculaire Protecteur de la France, à Saint Michel, l’Ange de lumière, Lucifer, l’Ange des ténèbres ?

Je ne me résignerai jamais à le croire. L’épée du grand Archange n’est pas remise au fourreau et flamboie toujours en sa main victorieuse. Sa puissance n’est pas diminuée et son amour pour la Nation qui, la première de toutes, s’est donnée au Christ au baptistère de Reims, ne s’est pas refroidi. Il reste le valeureux champion de toutes les causes auxquelles la gloire de Dieu est intéressée, et j’ose penser que la nôtre est de celles-là. Il sera partout et toujours, jusqu’à ce que «l’abîme se referme à jamais sur eux, à la fin des temps», le Vainqueur de Satan et des Anges rebelles. Il est prêt, aujourd’hui comme à l’époque douloureuse du Dauphin Charles - auquel par un miracle de la bonté de Dieu, il conduisit notre sainte Jeanne d’Arc - à nous venir en aide et à procurer à cette France, qu’il aime toujours, la victoire du «Roi des Cieux».

Ayons donc confiance ! Mais pour que nous puissions plus vite voir la réalisation de tous nos longs espoirs, il nous faut réapprendre à prier saint Michel, comme le priaient nos pères. Oui, à nous d’implorer de nouveau et inlassablement son secours. La France, qui lui a été tant de fois consacrée, n’a pas perdu le bénéfice de cette consécration : qu’elle ne l’oublie pas et que, pratiquement, elle aime à s’en souvenir ! Qu’elle se souvienne de son céleste Gardien, et lui, qui, là-haut n’a pas oublié dans la gloire les droits que cette consécration lui a créés sur nous, une fois de plus interviendra en notre faveur et, aidant nos propres efforts, nous obtiendra la victoire contre les suppôts d’enfer qui s’acharnent à notre perte !

Récemment encore, il m’était donné de rappeler à mes Diocésains, dans un acte officiel, la puissance de ce recours au lumineux Archange et l’extrême urgence de cet appel confiant. C’est vous dire les vœux que je forme pour que votre «Mémoire» si documenté et si suggestif réveille en beaucoup de Français la dévotion envers l’illustre Protecteur de l’Église et de la France. C’est une dévotion éminemment catholique et profondément française. Plus que jamais elle doit être celle de toutes les âmes qui comprennent à quel point et combien étroitement sont liés les intérêts de l’une et de l’autre de ces deux Patries si chères à nos cœurs !

Je vous prie de croire, Monsieur, à mes sentiments tout dévoués en N.-S.

† Florent-Michel-Marie du bois de la villerabel.

éveque d’annecy.

Mémoire pour obtenir le renouvellement

de la consécration de la France à Saint Michel

7 € – 62 pages – Édition 1947

Exorcisme de Léon XIII - Articles Religieux - Livres et brochures - Religious items - Discover Marie-Julie - Infos du Sanctuaire - Conférences

Neuvaine de prière - Dévotion réparatrice - Paroles du Ciel - Découvrir Marie-Julie - Historique - Marie-Julie du Crucifix - Les demandes du Ciel

Le surnaturel - Oraisons et prières - Témoignages - Des extases de Marie-Julie - Les évènements annoncés - Quelques prophéties - Autres prophéties

Cris du Ciel - Le Sanctuaire de Marie-Julie - Informations légales - Conditions générales de vente - Contact - Accueil - Retour

© 2017 - Tous droits réservés "Association le Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny" Tél : 02 40 51 06 81